J’ai assisté pour vous – Le premier Conseil Municipal

Ami habitant de Courbevoie, tu croyais peut-être avoir élu ton maire la semaine dernière ? Mais que nenni ! Tu as élu des conseillers municipaux qui élisaient eux aujourd’hui le maire. Résultat des courses…

1/ Arrivée et début de séance

Discipliné, j’étais donc à la mairie à 16h45 pour le conseil municipal qui débutait à 17h. 1ère surprise : la foule ! Une bonne centaine de personnes se tassaient dans le bunker souterrain appelé aussi salle du conseil municipal. Rappelons que dehors il faisait plein soleil et 25°. Donc soit les Courbevoisiens pensaient qu’avec Arash au conseil municipal, Johnny allait venir faire un concert pour l’ouverture, soit ils se sont dit qu’il faisait trop chaud et que la salle serait climatisée (raté !), soit ils n’aiment pas être dehors les week-end ensoleillés.

Si la messe c’est personne pour y assister toute l’année et la foule une fois par an, le conseil municipal c’est personne pendant 6 ans et la foule une fois tous les 6 ans.

La séance du conseil municipal commence donc à 17h. Elle est dirigée par Arthur Saint-Gabriel en tant que doyen de l’assemblée. Face à lui, tous les conseillers municipaux sont à leurs bureaux, sages comme des écoliers. On sent quand même que Jacques Kossowski trouve ça un peu pénible qu’on lui pique sa place, même pour quelques minutes. Commence la lecture d’un texte de loi aussi passionnant qu’un texte de loi pour expliquer la procédure. En résumé, l’idée était de dire qu’on avait voté. Vient ensuite la nomination de l’ensemble des élus, suivie à chaque fois d’applaudissements. Soit 53 élus plus ou moins applaudis. C’est un peu comme les applaudissements à la fin d’une pièce de théâtre, sauf que là ils reviennent 53 fois ! Faut avoir les mains bien accrochées… Ceci étant, la salle semble s’être d’un coup fatiguée au 42e applaudissement. En effet, au moment de l’appel des 7 élus PS, les applaudissements furent nettement plus timides. Après, on nota 2 applaudisseurs pour les élus FN, plus mon voisin par automatisme mais qui s’est arrêté quand il compris ce qu’il faisait.

Une fois les élus cités, sont élus des secrétaires pour la séance. Pour cela, le président par intérim propose les plus jeunes de chaque groupe. On notera ce bon vieux côté société patriarcale qui fait que le plus âgé préside et le plus jeune fait le secrétaire. Cela permit au moins d’associer Floriane Deniau (FN) à jeune, ce qui n’avait pas dû lui arriver depuis 1968.

2/ Election du Maire de Courbevoie

Vient alors le moment de savoir qui est candidat pour devenir maire. Tout d’un coup, une voix rocailleuse ressemblant à la version masculine de Jeanne Moreau résonne dans le micro : c’est Jacques Kossowski qui est candidat. Alors cher Jacques, tu peux déjà être sûr que celui qui gère la sono et qui t’a donné ce micro ne t’aime vraiment pas, mais alors pas du tout du tout. Ensuite, Jean-André Lasserre propose sa candidature. D’ailleurs il aimerait bien parler parce que depuis le début il n’a pas pu parler et que Jean-André il aime bien parler, mais on lui fait comprendre que c’est pas trop le moment là. Attend d’être le plus vieux Jean-André, toi aussi tu pourras avoir, même brièvement, le siège central ! Puis, alors qu’on en est déjà à passer à autre chose, Floriane Deniau, tête de liste FN, s’impose pour proposer sa candidature. On l’avait oubliée celle-là tient ! Arash, lui, ne propose pas. Il est déjà secrétaire, c’est pas si mal à 34 ans !

Et puis on vote. Alors le vote étant secret, chaque candidat met son bulletin dans l’urne. Diane Zeitoun, en tant que plus jeune de l’assemblée, appelle les élus 1 par 1. C’est long, on s’ennuie un peu. Alors on regarde les candidats aller voter. Qui en roulant des fesses, qui l’air de rien, qui en courant à moitié. Avec 100 personnes qui vous regardent, la pression quand même ! Sa langue a-t-elle fourché ? Mon oreille s’est-elle assoupie ? Toujours est-il que j’ai entendu Diane appeler au vote Mr Basile Boli au lieu de Patrick Bolli… mais c’est Patrick qui est allé voté, pas Basile.

Après le vote, le dépouillement. C’est encore long. C’est le moment où on pense au soleil dehors, où chacun se regarde et se fait coucou, t’as vu que je suis là ? Qui veut me prendre en photo ? Puis vient le résultat…. suspense !

  • 1 vote sans enveloppe donc nul
  • 43 votes pour Jacques Kossowski
  • 7 votes pour Jean-André Lasserre
  • 2 votes pour Floriane Deniau
Tiens tiens tiens… On peut sans trop de doute attribuer les 7 votes pour Jean-André Lasserre aux 7 élus de sa liste. Idem pour nos 2 FN de service. Reste donc les 2 voix de la liste Arash Derambarsh. L’un des deux n’aurait donc pas compris qu’il fallait mettre une enveloppe, et l’autre aurait voté Kossowski. Intéressant…
 
3/ Discours des anciens candidats et du maire
Jacques Kossowski est donc proclamé Maire de Courbevoie et prend la place de président de la séance. On le sent plus à l’aise d’avoir retrouvé son siège. Il commence en donnant la parole, à qui veut, en commençant par Jean-André Lasserre qui on l’avait compris le voulait vraiment beaucoup.
Jean-André Lasserre (PS) commence donc par remercier les électeurs, pas assez nombreux à son avis, qui lui ont fait confiance. Il annonce qu’il fera son travail d’opposition, et propose 3 thèmes qui devraient mettre selon lui tout le monde d’accord.
  • La transparence : donc il serait bien de nettoyer les vitres qui séparent les conseillers municipaux des spectateurs du conseil municipal
  • La démocratie participative : au cas où Jacques Kossowski ait envie d’inviter Ségolène Royal à Courbevoie
  • Le respect de l’opposition qui n’aurait pas été le cas lors de la précédente mandature. Intervention qui se termine sous les huées des participants. Message reçu, pour le tout le monde d’accord, il faudra repasser Jean-André
Vient le tour du discours de Floriane Deniau (FN) qui lit son texte. C’est long et pendant ce temps, on sent que Jacques Kossowski s’ennuie sévère. Il regarde ailleurs, vérifie si Mme Kossowski lui a pas envoyé de texto, lit les tweets de Diane Zeitoun…
Pendant ce temps, la candidate FN explique que c’est une grande victoire du FN, qu’ils ont plus d’élus qu’avant, et que si on faisait les élections autrement ils en auraient même encore plus. Elle remercie les 2000 électeurs qui lui ont fait confiance et dont 3 sont dans la salle. En tant que conseillère municipale, elle nous explique qu’elle luttera contre la sur fiscalité (à Courbevoie !), pour la sécurité, le commerce, la laïcité, la famille etc …
Enfin, court discours non préparé d’Arash Derambarsh (DVD) qui félicite le maire et explique qu’il est à sa disposition pour l’aider. Bref, un ralliement en bonne et due forme. Surprenant pour un candidat qui avait fait campagne sur l’usure du maire sortant.
Enfin vient le tour du discours du Maire Jacques Kossowski (UMP). Il commence par expliquer longuement qu’il ne reviendra pas sur les attaques dont il a été victime pendant la campagne. Il remercie les électeurs qui lui ont apporté un plébiscite qui valide sa volonté de faire de Courbevoie une ville active, qui se développe économiquement. Il explique qu’il faut défendre la ville face au Gouvernement qui veut l’affaiblir et affaiblir La Défense. Il veut faire de Courbevoie une ville centrale dans le Grand Paris et peser dans la future métropole. Il reparle aussi brièvement cette fois des grands points de son programme pour lequel les électeurs l’ont élu. Nous serions donc à l’aube d’une ère nouvelle pour la ville. Discours écrit mais dynamique et agréable, dommage que Jacques lise sa feuille. Avec Jacques, la ville sera défendue face aux hordes de barbares qui sont à ses portes.
Le discours se termine par une standing ovation des élus et du public. On se croirait au spectacle de Gad Elmaleh, les blagues en moins.
4/ Définition du nombre d’adjoints et élection des adjoints
Une fois le maire élu, reste à définir le nombre d’adjoints pour la ville. Le maximum autorisé pour Courbevoie est de 15 adjoints et 5 adjoints de quartier. Jacques Kossowski propose 15 adjoints + 4 adjoints de quartier soit 19 au total (ils étaient 15 dans la précédente mandature). Suit un vote à main levée pour savoir si ce nombre est validé par l’assemblée. Seul le groupe PS s’abstient, sans qu’on sache bien pourquoi.
Jacques Kossowski déclare alors une interruption de séance afin de transmettre ce nombre à la préfecture pour pouvoir ensuite les élire. L’entracte quoi.
Vient ensuite l’élection des adjoints. Pour cela, il faut proposer des listes. Une seule sera en lice, celle de Jacques Kossowski, mais il faut quand même un vote à bulletin secret comme pour le maire. C’est reparti donc pour la liste des noms des conseillers municipaux (si après ça, on les connait pas tous par coeur !). Puis le dépouillement, et les résultats. On a l’habitude maintenant donc tout le monde fait autre chose, on papote, on fait sa liste de course, on joue à trap-trap…
Aux résultats, on retient sa respiration : que va-t-il se passer ? Les élus proposés sont, très étonnamment, élus. On retrouve :
  • 1 conseiller qui n’a toujours pas trouvé l’enveloppe et qui est donc bulletin nul (faudra lui offrir des enveloppes pour son anniversaire)
  • 7 votes blancs (coucou le PS !)
  • Et le reste qui vote pour
Les adjoints au maire sont donc appelés à monter sur scène, et le maire leur remet à chacun une jolie petite boite rouge. Des chocolats ? Une photo dédicacée ? Même pas, ça serait une écharpe pour faire les mariages quand le maire ne veut pas bosser le samedi.
Sont donc élus adjoints au maire, dans l’ordre : 
  • Marie-Pierre Limoge
  • Eric Cesari
  • Daniel Courtès
  • Nicole Pernot
  • Patrick Gimonet
  • Christiane Radenac
  • Jean Spiri
  • Aurélie Taquillain
  • Bernard Accart
  • Chaârazed Djebbari (qui fut la plus acclamée et qui en profita pour faire un bisou au maire, coquine)
  • Yves Jean
  • Sandrine Locqueneux
  • Serge Desesmaisons
  • Laëtitia Devillars
  • Nathalie Renault
  • Marion Jacob-Chaillet
  • Hervé de Compiègne
  • Michel Georget
  • Catherine Morelle.
Le nombre d’adjoints étant supérieur à la précédente mandature, tous ne pouvaient même pas s’assoir à la grande table. Mais bon de toute façon, une fois tous assis, c’était fini.
4/ Conclusion
Bref, on aura appris que le Maire de Courbevoie est Jacques Kossowski et on aura eu la liste des adjoints. On ne sait pas encore s’ils ont une spécialité, car cela relève de la décision du maire et n’a pas été annoncé. Si l’opposition du PS ne fait que peu de doute, Arash Derambarsh semble être plus dans une dynamique d’intégration à la majorité municipale. Quant au FN, ils furent heureux de se prendre en photo devant la mairie (l’ancienne jolie, pas la nouvelle moche) en sortant. On n’arrête pas le progrès…
Prochain conseil municipal de Courbevoie le 15 avril !

3 pensées sur “J’ai assisté pour vous – Le premier Conseil Municipal

  • 16 avril 2014 à 13 h 22 min
    Lien Permanent

    C’était trop court sur Twitter !!!! Aurons-nous droit à un résumé du CM d’hier sur ce blog ? Même s’il n’est pas complet à cause de votre pause pizza 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *