J’ai assisté pour vous – Meeting de Arash Derambarsh

Je poursuis ma série sur les meeting des candidats. J’étais donc le mercredi 13 mars au meeting du candidat Arash Derambarsh à l’espace Jean-Pierre Rives.

On se retrouve dans une grande salle de sport. Accueil plutôt sympa par les équipes du candidat, j’ai même accepté le petit bandeau autour du poignet qui donne un coté festival amusant. On m’avait promis qu’il tiendrait jusqu’au 23 et il est tombé au bout de 2h. Déjà une promesse non tenue !

Arrivé à 20h, la salle se remplit peu à peu. Autour de la salle, plein de photos de Arash avec toutes les personnes qu’il a croisées. Maintenant, dans les foyers de Courbevoie, on trouvera la photo des petits avec Mickey, et la photo des parents avec Arash.

20h40, avec donc un léger retard, commence le show. 200 chaises ont été installées selon mes savants calculs. Elles sont quasiment toutes occupées soit par des personnes, soit par mon manteau. Quelques personnes restent debout et au final, nous devions bien être environ 200, membres de la liste inclus. D’ailleurs, pour des raisons mystérieuses, il semble qu’il ne soit pas autorisé d’accueillir beaucoup plus de monde dans cette salle. En tout cas, l’affluence est là. On notera aussi une belle variété de populations, des plus jeunes aux plus âgés avec un forte proportion de 30 / 50 ans. Population en tout cas plus jeune qu’au café débat de Jean-André Lasserre. Sans doute le candidat touche-t-il plus les jeunes, et l’horaire était plus adapté à une population active. Enfin, l’observateur averti aura noté la présence d’espions en provenance des autres listes…

Le meeting commence par le clip de campagne que j’avais déjà évoqué, suivi de témoignages de certains membres de la liste. La suite sera animée par Gilles Vincent, n°3 sur la liste, et se déroulera sur la base de 6 thèmes développés par un membre de la liste.

Thème Sport

On commence par le thème du sport présenté par Mikael Assayag. Celui-ci nous partage son regret qu’il n’y ait aucun sport de haut niveau à Courbevoie, alors que des villes voisines comme Levallois, Nanterre ou Neuilly disposent de sportifs ou d’équipes reconnus. D’après lui, le manque de support de la municipalité serait en cause, les meilleurs sportifs de Courbevoie quittant forcément la ville pour poursuivre leur carrière.

Nous sommes donc au début du meeting et le premier thème abordé est le sport. Il s’agit d’un choix a priori étonnant, qui traduit l’intérêt particulier du candidat sur ce sujet. Les autres candidats n’abordent d’ailleurs pas ou peu de cette thématique. La traduction de l’idée en propositions consiste essentiellement à subventionner plus les clubs qui réussissent pour accompagner leur développement. Bientôt Courbevoie champion de France de curling ?

Thème Santé

Le 2nd thème abordé est la santé par Céline Touati. Il s’agit là de reprendre une des propositions phare du candidat qui ambitionne d’accompagner le développement d’une clinique privée sur la ville amenant 250 lits pour un budget de 42M€. Le financement privé permettra de bénéficier de cet équipement en limitant les frais pour la mairie. L’objectif est d’éviter aux habitants de devoir aller à Neuilly ou à La Garenne Colombes, villes moins peuplées que Courbevoie et disposant pourtant de ces équipements.

Thème Associations / La Défense 

Le 3e thème abordé concerne La Défense et les associations, traités étonnamment ensemble. Ce sujet est porté par Michel Chopinaud. On y apprend que l’Epadesa dispose d’un budget de 168M€ / an. Cette structure est chargée de gérer La Défense et perçoit notamment les droits à construire. Le maire de Courbevoie en est membre de droit. Il est notamment fait mention des habitants du quartier de La Défense, pour lesquels la mairie et l’Epadesa se renvoient la balle en cas de problème.

Concernant les associations, il est demandé à la salle de rendre hommage à Yolande Deshayes, 1ere adjointe au maire actuel de Courbevoie et en charge des associations. On pourrait s’étonner de voir l’équipe du candidat féliciter un membre de l’équipe du maire sortant. Cependant, le fait que Mme Deshayes ne soit pas dans la liste de Jacques Kossowski pour 2014 aidera à comprendre cet hommage.

Eric Césari

Au milieu du déroulé des thèmes arrivent un moment cocasse. Avoir avoir rappelé l’épisode de David Martinon-non-non à Neuilly en 2008 (je ne suis pas certain que tout le monde s’en souvienne), Gilles Vincent demande à la salle de scander « Césari, pas ici »

Passée une subite impression d’être arrivé aux alcooliques anonymes, quelques voix s’élèvent dans la salle pour reprendre l’incantation. Mon analyse rapide révèle que 40 personnes ont bien suivi l’animateur, 60 personnes ont bougé les lèvres pour faire genre et le reste est resté sans voix.

Le final ressemblait plutôt à ça :

Scolaire

Reprenant le cours des évènements, intervention de Dominique Guillouard sur l’école. On retiendra surtout que si Arash est élu, Courbevoie n’appliquera pas la semaine de 4 jours 1/2 ! Bel argument électoral tant cette réforme a été critiquée, même par ceux qui n’y connaissent rien. Étonnant cependant de commencer la mandature en mettant la ville hors la loi ?

Il est aussi proposé que les écoles de Courbevoie soient jolies et qu’on servent des repas en quantité satisfaisante. Ben mince alors, ma fille ne mangerait pas à sa faim aujourd’hui ? C’est pour ça alors qu’on est obligé de lui donner à diner le soir ! Dans le même esprit, on s’attendait presque à trouver comme proposition que les enfants aient accès à l’eau courante et qu’on supprime le martinet.

Accessibilité

Suit le thème de l’accessibilité porté par Sophie Quiquand. Comme évoqué récemment, il est regrettable que la ville de Courbevoie soit si peu accessible aux personnes à mobilité réduite.

Intervient ensuite un discours de Nathalie Goulet, sénateur de l’Orne. J’avoue ne pas avoir bien compris le lien avec la campagne de Courbevoie, mais pourquoi pas. Ça permettra au public de se poser la vraie question qui compte : mais c’est où l’Orne ?

Sécurité

Dernier thème abordé, la sécurité traitée par Gilles Vincent. Le colistier d’Arash propose simplement de mettre la police dans la rue. Après le candidat Front de Gauche qui voulait mettre la culture dans la rue, Arash veut y mettre la police. Elle va finir encombrée la rue de Courbevoie !

Le discours d’Arash Derambarsh

Arrive enfin le moment que tout le monde attend (avec le buffet), le discours du candidat. On s’attend presque à entendre Eye of the Tiger pour son entrée, et puis non.

Avant son discours, tous les membres de la liste sont appelés sur scène, puis la salle est invitée à se lever pour chanter La Marseillaise. Deuxième moment un peu curieux où on se surprend à identifier sur scène les membres de la liste qui chantent et ceux qui font semblant (j’ai les noms …)

Le candidat attaque enfin son discours, sans note. Il raconte brièvement son histoire et son passé de Courbevoisien, et insiste sur son ambition de souder la ville, de la rendre fière. Il propose à chaque spectateur de convaincre 10 personnes. Ça rappelle au choix les réunions tupperware ou les powerpoint de lever de soleil.

Il présente aussi un de ses projets majeurs : une plateforme d’emploi. L’idée serait de favoriser le recrutement des jeunes de Courbevoie par les entreprises de la ville, notamment à La Défense. Après la préférence nationale, la préférence communale ! Projet intéressant cependant notamment pour l’emploi peu qualifié.

Par ailleurs, le candidat s’engage à ne pas faire plus de 2 mandats en tant que maire de Courbevoie. Vu qu’il avait annoncé au JDD que son ambition était de devenir Président de la République, on lui souhaite effectivement d’avancer après ses mandats à Courbevoie !

Enfin, Arash Derambarsh propose de recourir fréquemment au référendum pour les sujets importants de la ville. La mairie proposera plusieurs possibilités, et aux électeurs de choisir. Option intéressante qui permet d’intéresser les citoyens et qui n’apparaissait d’ailleurs pas dans son programme.

Enfin, bien qu’ayant fortement attaqué le maire sortant Jacques Kossowki au cours de la campagne, Arash Derambarsh termine en le remerciant du travail accompli par le passé. Il lui propose même de travailler ensemble une fois Arash maire. Approche sympathique et fair-play, quoi qu’un peu hypocrite tout de même.

Ma conclusion 

On a assisté le 13 mars à un meeting bien construit et réussi. Mention spéciale aux différents intervenants, très à l’aise à l’oral et agréables à écouter, notamment Arash Derambarsh et Gilles Vincent.

On trouve aussi un candidat ‘people’, heureux de présenter les personnes plus ou moins connues venues le supporter.

En termes de contenu, rien de bien nouveau, j’avais déjà exprimé ma lecture du programme du candidat. En revanche, on en comprend mieux la logique : Arash a grandi dans la ville et y semble sincèrement attaché. Son slogan aurait pu être « donner une fierté à Courbevoie », car c’est finalement le point commun entre tous ses projets : avoir de bons clubs de sports avec des champions, avoir un hôpital pour naitre dans la ville, avoir des emplois locaux.

On trouve aussi un candidat avec un certain charisme, que son équipe accompagne à la limite du culte de la personnalité, avec un beau sens du story-telling. Bienvenue dans l’Arash-Story…

En écoutant le candidat et son équipe, je trouve finalement un diagnostic assez intéressant de la ville, une ambition réelle et un beau dynamisme qui contrastent avec la tiédeur des propositions. Décalage étonnant, on a presque l’impression que le candidat, s’il était élu, pourrait faire mieux que son programme.

Pour conclure, en écoutant Arash raconter son parcours depuis sa première candidature et ses mésaventures avec l’équipe sortante, on repense à la citation de Gandhi

« First they ignore you, then they laugh at you, then they fight you, then you win »

Le candidat espère manifestement que ce soit son cas…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *