Zoom sur les grands projets – Candidat Jean-André Lasserre

Suite et fin de ma série sur les grands projets des candidats avec Jean-André Lasserre. Quelles sont les principales propositions du candidat PS dans son programme ?

J’ai gardé le programme de Jean-André Lasserre pour la fin, car avec 123 propositions il fallait un peu de temps pour en faire une synthèse orientée ‘grands projets’. Le candidat PS est de loin celui qui fait le plus de propositions, allant de la plus anecdotique (« Optimiser l’éclairage urbain » n°9) à la plus complexe (« Construire à La Défense un projet de développement économique… » n°35)

Dans son programme, le candidat identifie notamment certaines propositions dites « Zéro Euro » qui ne coûteraient donc rien à la mairie. Belle approche marketing pour mettre en avant un maire PS pas trop dépensier. Malheureusement, certaines estimations Zéro Euros sont légèrement exagérées. Mes exemples préférés :

N° 7 : « Intégrer des clauses environnementales et sociales dans les marchés publics ». Saine proposition effectivement, mais non sans coût : ce type de clause peut en effet amener le renchérissement de certaines prestations et augmenter donc les dépenses de la ville. Augmentation peut-être valable, mais augmentation quand même

N°25 : « Favoriser l’installation des PME et TPE dans les locaux vides de La Défense » : celle-ci gagne pour moi la palme de la proposition bisounours. C’est gentil tout plein, et en plus ça coûterait rien. Je serais quand même curieux de savoir comment Jean-André Lasserre compte, sans budget, convaincre les PME de payer 500€ / m² pour des bureaux à La Défense sachant que même Paris intramuros est moins cher ! Je doute donc fort de la faisabilité d’une telle mesure. Les moyens qu’on pourrait imaginer pour y arriver seraient que la ville prenne en charge une partie du loyer (mais bon, sur quels critères ? et pas sûr que ça soit légal…) ou qu’elle fasse une campagne de communication sur La Défense à destination des PME. Mais dans les deux cas, ça n’est pas zéro euros !

Au-delà de ces anecdotes, quels sont les grands projets de Jean-André Lasserre pour la ville ? Je retiendrais 4 thématiques  parmi toutes celles abordées

1/ Un renouveau pour La Défense

La Défense, 1er centre d’affaire européen, est située sur les communes de Puteaux, Courbevoie et Nanterre. Les élections locales dans ces communes ont donc un impact important sur la gestion du centre d’affaires à laquelle les 3 communes prennent part.

Pour mieux comprendre, quelle est la situation à La Défense ? Quelques recherches sur internet nous confirment que la situation actuelle n’est pas brillante

  • + de 400 000 m² de bureaux seraient actuellement disponibles à la location (500 000m² selon le candidat PS)
  • 200 000 m² viennent notamment d’être mis sur le marché avec 3 nouvelles tours : Carpe Diem, Eqho et Majunga
  • Hors, il se loue actuellement environ 100 000m² de bureau / an à La Défense, contre 200 000m² / an à l’époque où les nouvelles tours ont été mises en constuction. Il y a donc 4 ans d’avance !
  • Entre 10% et 15% des bureaux disponibles à La Défense seraient donc vacants

L’offre de bureau a augmenté très rapidement ces dernières années suite au plan de renouveau initié en 2007. Ce plan visait à remplacer des tours vieillissantes par de nouvelles plus modernes. Depuis, il y a eu la crise…

La situation se complique avec les tours anciennes qui se vident (SFR, Coface…), certaines entreprises déménageant vers des sites plus économiques comme St Denis.

Le modèle de développement de La Défense a longtemps tenu sur la base de la vente de droits à construire pour de nouvelles tours qui finançaient le développement du quartier. Avec ces bureaux vacants, la construction de nouvelles tours est compromise. Des projets majeurs comme les tours Generali et Signal ont été abandonnés, d’autre pourraient l’être comme Phare et Ava. Même les controversées Tours Hermitage pourraient ne pas voir le jour.

La Défense est un quartier qui vieillit. Entre 300 et 500 millions seraient nécessaires à la rénovation de la dalle. Il y a donc un risque pour la ville de Courbevoie d’avoir à prendre en charge une partie de cette somme. Par ailleurs, les revenus de La Défense assurent de longue date une belle rente à la ville de Courbevoie, de l’ordre de 30M€ / an. La Défense représente donc un enjeu fort pour la ville. Rappelons que nous lui devons pour beaucoup le faible taux d’imposition de la commune.

Pourtant, étonnamment, le candidat PS est le seul à développer ce thème. Rien sur le sujet dans le programme d’Arash Derambarsh (DVD), et pas grand-chose dans le programme du maire sortant Jacques Kossowski (UMP) sauf la proposition « Soutien au projet de création d’un pôle de compétitivité à La Défense ». J’avais même prévu un article spécial sur ce thème de campagne important que je n’ai pas réalisé, fautes de propositions dans les autres programmes.

Détaillons donc les propositions de Jean-André Lasserre

  • Mieux travailler avec les différents acteurs du projet : intercommunalité, Defacto, Epadesa (propositions 29, 30, 31). Ok, sympa mais ça me parait le minimum de la part du maire.
  • Négocier la prise en charge de « l’ardoise » de 300 millions d’euros pour la rénovation de La Défense. L’idée du candidat est de partager la charge de la rénovation, sachant qu’il avait annoncé en réunion que la ville de Courbevoie prendrait à sa charge environ 100 M€ sur 6 ans s’il était élu. Cet investissement devra permettre de rénover La Défense et d’investir pour l’amélioration du quartier afin de le rendre plus attractif aux entreprises. (propositions 32 et 34)
  • Faciliter l’installation des PME et TPE dans les bureaux vides de La Défense (propositions 25 et 36) J’en ai parlé, idée généreuse mais dont je vois très mal l’application
  • Compléter le pôle économique d’excellence par le pôle universitaire Léonard de Vinci (proposition 37)
  • Faire de La Défense un lieu de vie avec logements, équipements culturels, sportifs, de loisirs, animation commerciale … (propositions 38,39,40,41,42,43)

L’idée du candidat avec ces propositions est donc de faire évoluer le modèle de La Défense pour passer d’un pur quartier d’affaire dédié aux multinationales à un quartier plus mixte contenant PME, étudiants, habitants, commerces… C’est une partie du projet qui me laissait a priori sceptique : les quelques expériences de logements sur la dalle de La Défense ne m’ont pas semblé particulièrement réussies. Les grands quartiers d’affaires ont d’ailleurs rarement bien cohabité avec des habitations. L’idée de mettre des habitants dans les tours vides m’inspire donc a priori une certaine méfiance.

Pourtant, en faisant quelques recherches pour l’écriture de cet article, j’ai pu constater avec surprise que le candidat n’exagérait rien dans son diagnostic. Il semble bien que le modèle de développement de La Défense initié dans les années 50 soit à bout de souffle. On peut espérer que la reprise arrive un jour en réglant tous les problèmes. Mais on peut aussi être plus moteur pour proposer de nouveaux chemins de développement.

Le candidat PS a donc le mérite de faire des propositions et d’essayer de trouver des solutions pour relancer le quartier. Une telle politique volontariste pourrait effectivement être bénéfique au quartier, si elle est soutenue par les autres élus en charge de ce dossier.

2/ Le logement 

2e grand thème abordé par le candidat, le logement. Avant d’analyser ses propositions, regardons les chiffres de l’INSEE pour comprendre la situation du logement dans notre ville (chiffres 2008)

  • Nombre de logements : 45 676, dont 40 459 de résidences principales. La ville comptant 90 000 habitants, nous avons environ 2,25 habitants / logement
  • Evolution : De manière surprenante, l’offre de logement a beaucoup progressé entre 1999 et 2008 au rythme de 800 nouveaux logements / an environ, contre une moyenne de 400 / an entre 1982 et 1999. Bien qu’urbanisée, la ville a donc accéléré sa densification et augmenté l’offre de logements (en tout cas, entre 1999 et 2008)
  • Type d’habitation : la ville compte 95% d’appartements et 5% de maisons.
  • Type d’occupation : la ville comptait en 2008 8581 logements type HLM, soit bien 20% du parc, respectant ainsi la loi SRU. Par ailleurs, on compte à Courbevoie environ 30% de d’habitants propriétaires et 50% de locataires.

Sur ce sujet, le candidat apporte les propositions suivantes qui ont pour objectif principal d’apporter 2500 nouveaux logements aidés en 6 ans. Si le rythme d’augmentation des logements reste vers 800 / ans, cela signifierait que la moitié des nouveaux logements construits pendant la mandature seraient des logements aidés. C’est donc bien un plan ambitieux que propose le candidat. Détail des propositions :

  • « Modifier le plan local d’urbanisme pour que chaque opération immobilière de plus de 5 logements comporte 1/3 de logements locatifs aidés » (proposition 44) Donc, celui qui construit un immeuble de 5 logements devra en prévoir 1,66 aidés. Pratique !
  • « Favoriser la transformation de bureaux en logements » (proposition 46). Thème déjà discuté dans la partie sur La Défense.
  • « Mettre en place un guichet unique logement » (proposition 47). Cette proposition inclut notamment la rénovation énergétique. Il s’agit cependant d’un sujet sur lequel la mairie n’a quasiment aucune utilité : les programmes d’aides existent et sont nationaux (Anah…), et l’offre existe sur le marché aujourd’hui pour accompagner la démarche d’un particulier (sites web, point info énergie de l’Ademe). De plus, annoncer seulement la partie baisse de charges de l’opération est trompeur, car il faut aussi prendre en compte l’investissement. La baisse des charges est réelle, la rentabilité avérée mais encore faut-il pouvoir investir un minimum.
  • « Encourager l’hébergement intergénérationnel entre personnes âgées et jeunes » (proposition 49). Une nouvelle jolie proposition bisounours, bon esprit mais dont je vois mal l’application réelle. « Tu es jeune ? tu viens enfin de quitter la maison de tes parents ? Grâce à la mairie, viens maintenant habiter chez une mamie ! Soirées Jean-Pierre Foucault garanties ! »
  • Améliorer le fonctionnement de l’OPH (qui gère les HLM) (propositions 50,51,52,53). L’idée du candidat est d’attribuer plus efficacement et équitablement les logements, et d’augmenter l’offre. Il met en avant les 700 logements vacants sur ceux gérés par l’OPHLM.

On trouve donc sur cette thématique une ambition réelle du candidat, même si toutes les propositions n’ont pas un intérêt colossal. Travailler à la mixité urbaine est naturel pour un candidat PS, pas sûr pour autant que les électeurs d’une commune aisée comme Courbevoie le suivent complètement sur ce sujet.

3/ Une évolution urbaine

J’ai déjà eu l’occasion d’en parler, pour la rue de Bezons ou pour les liaisons vertes, les sujets urbains me semblent majeurs dans notre ville où les années 70 se rappellent à nous à chaque coin de rue. Sans détailler à nouveau les enjeux, les propositions les plus notables du candidat sont :

  • « Création de liaisons douce à travers la ville » (proposition 94)
  • « Aménager la liaison cyclable Bécon – La Défense » (proposition 95)
  • « Transformer la rue de Bezons – Avenue Marceau en une véritable rue de centre-ville » (proposition 109)
  • « Rénover l’ensemble Charras » (proposition 113)
  • « Métamorphoser le Parc de Becon » (proposition 114)

Il s’agit d’un sujet important, sur lequel le candidat PS est celui qui amène le plus de propositions. Reste cependant encore à détailler ce qui se cache derrière. Transformer la rue de Bezons, oui mais comment ? A quoi ressembleraient les liaisons douces promises ? Au-delà de la méthode, quelle rénovation pour Charras ?

Je partage donc avec le candidat le diagnostic et les ambitions, reste à voir comment les mettre en œuvre, ce qui est loin d’être le plus simple. Il est en tout cas prometteur que Jean-André Lasserre consacre autant de points à ce sujet. C’est le candidat en apparence le plus ambitieux sur ce sujet.

4/ Une gestion plus transparente de la ville

Enfin, le dernier sujet majeur abordé par de nombreuses propositions du candidat est la transparence dans la gestion de la ville. Jean-André Lasserre reproche au maire sortant d’avoir trop écarté l’opposition. En même temps, Jacques Kossowski ayant été élu en 2008 au premier tour avec 55% des voix, il disposait d’une large majorité au conseil municipal et pouvait ne pas trop s’embarrasser de la petite opposition. Pas rancunier, le candidat voudrait faire une place à l’opposition s’il était élu.

Parmi les propositions :

  • La signature de la charte Anticor (proposition 13) dont j’ai déjà parlé ici
  • L’implication de l’opposition notamment par la présidence de la commission d’appel d’offre (proposition 15)
  • Transparence des commissions d’attribution (HLM, places en crèche, places de parking) (proposition 18). Autant je vois bien l’idée pour les HLM et les places en crèche, autant je découvre que la ville attribue les places de parking ! Manque plus que la commission d’attribution des places dans la ligne L !
  • Outils web de suivi (conseils municipaux en ligne, outil de requête des habitants, open data) (propositions 6, 17 et 20).
  • Rénover les conseils de quartier (proposition 19). L’idée serait d’avoir des conseils de quartier plus ouverts, avec plus de participants. L’idée est noble, la mise en œuvre plus compliquée : être 200 à débattre d’un sujet ne permet pas forcément les plus grandes avancées. Cela se termine fréquemment sur un consensus mou aligné sur le plus petit dénominateur commun. A voir en action donc…

Au-delà de ces réserves, Jean-André Lasserre nous promet une ville à la gestion moderne. On ne peut qu’adhérer à ce type d’ambition. Une opposition forte, quelle que soit la couleur politique de la ville, amène généralement une saine pression sur l’équipe municipale.

Conclusion

Après de nombreuses années dans l’opposition, le candidat PS Jean-André Lasserre a manifestement travaillé son projet. Les propositions sont nombreuses et riches. En les détaillant on y trouve une certaine cohérence pour traiter les sujets importants de la ville. Tous les thèmes sont abordés, et le candidat semble bien préparé. On apprécie de retrouver dans son programme des thèmes oubliés ou peu traités par les autres candidats tels que La Défense ou la politique du logement. C’est par ailleurs le candidat ayant le programme le plus ambitieux en termes d’urbanisme.

On pourra seulement regretter l’absence de projets réellement marquants. Il faut prendre le temps de combiner plusieurs propositions pour comprendre le projet global. Certaines propositions semblent aussi là pour meubler, et d’autres mériteraient d’être précisées.

Un programme un peu hermétique au premier abord donc, mais qui gagne à être creusé car le final dessine bien une ville de Courbevoie du 21e siècle. Reste à voir, si le candidat est élu, sa capacité à le réaliser…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *