J’ai assisté pour vous – Le Conseil Municipal du 15 avril 2014

Le 15 avril 2014 avait lieu le 2e conseil municipal de la nouvelle mandature de Courbevoie. A l’ordre du jour élections de représentants, grandes lignes du budget, indemnités des élus, nouveaux quartiers. Début 20h, fin 0h30. Mais que s’est-il passé pendant 4h30 dans le bunker souterrain ? J’y étais…

Le Conseil Municipal commence donc par l’appel. Exactement comme en CM1. On répond présent, si on répond pas, on vérifie si la personne concernée n’est pas en train de jouer au 2048 sur son iPhone, et sinon on le marque vraiment absent. Globalement, belle présence des élus, à vue de nez je dirais une dizaine d’absents. Parmi les absents notables, Floriane Deniau, la tête de liste du FN à Courbevoie. Elle qui promettait au 1er conseil une opposition exigeante, ce fut une opposition exigeante mais à distance.

1/ Délégations au maire et représentants de la mairie

Pour commencer, les 23 premiers points (environ) de l’ordre du jour concernent différentes délégations de pouvoir au maire : délégation pour signer des appels d’offre, délégation pour représenter la ville, délégation pour se rendre aux toilettes sans accompagnateur… ainsi que des représentants du conseil municipal dans différents organismes : commission d’appels d’offre, hôpital, HLM, amicale des champions de ski de fond de Courbevoie…

Je ne saurais vous reporter en détail les résultats et enjeux (il faudra regarder le compte rendu sur le site de la mairie), et ce pour plusieurs raisons

  • Le Maire et l’ingénieur du son du bunker souterrain sont définitivement fâchés. Donc quand Jacques Kossowski parlait, les braves spectateurs que nous étions ne comprenions pas grand chose. La mamie à côté de moi eu beau vérifier son sonotone, rien n’y faisait.
  • La climatisation en revanche était toute frétillante. Je vous déconseille donc les places arrières à droite de la salle où le bruit de la clim couvre sans difficulté les quelques sons du Maire qui parvenaient jusqu’à nous
  • Enfin, ils ont voté à bulletin secret….
Alors pour vous qui n’êtes pas familier du Conseil Municipal de Courbevoie, permettez-moi d’expliciter ce dernier point. Il s’agit donc de voter pour des représentants du conseil municipal. Ca ressemblait globalement à ça :
  • Jacques Kossowski, maire UMP, son inintelligible donc phrase déduite par moi-même : « nous allons maintenant voter pour les représentants du conseil municipal au sein de l’association des sportifs en chambre »
  •  Jean-André Lasserre, opposant PS, aussi puni par l’ingénieur du son ou n’ayant pas trouvé le micro, phrase aussi déduite par moi-même : « Je ne suis pas d’accord, nous devions d’abord voter pour les représentants au sein de l’amicale des joueurs de pétanque sur gazon, c’est vilain de changer l’ordre sans prévenir, vous bafouez les droits de l’opposition »
  • Jacques Kossowski et Jean-André Lasserre : fefeziizuzefzeuifgzeuugfdzefzvsdvegigfzguif (= bruit inintelligible car ils parlent en même temps et qu’ils sont de toute manière tous les deux punis par l’ingénieur du son). Bref, on comprend qu’ils ne sont pas d’accord.
  • Jacques Kossowski : Il y a 9 places pour ces représentants, la majorité en propose 7, que propose l’opposition
  • Jean-André Lasserre : l’opposition propose 2 noms
  • Jacques Kossoswki : bien, nous allons maintenant voter à bulletin secret pour ces 9 places pour lesquelles nous avons 9 candidats
  • Le secrétaire de séance, que l’on entend parfaitement bien au micro (soit il est pote avec l’ingénieur du son, soit il sait parler dans un micro) fait l’appel des 53 noms des conseillers municipaux.
  • Un mec que je ne connais pas amène l’urne de vote à chacun des 53 conseillers municipaux
  • Puis les scrutateurs dépouillent les résultats des votes.
  • Jacques Kossowski : « suite au vote, les 9 candidats sont élus. Sujet suivant »
Et ceci environ 23 fois pour chacun des représentants, soit environ 3 heures. Alors pendant ce temps là, chacun s’occupe comme il peut. On s’envoie des SMS, on twitte pour les plus modernes, on joue à Candy Crush, à 2048… Bref la concentration des élus et du public est à son comble. Pour ma part, j’avoue humblement avoir manqué une demi heure de cette passionnante partie pour aller me manger une pizza. A mon retour, on en était toujours au même point.
Dans les points amusants que l’on peut observer à ce moment, les petits mots papier que se font passer par porteur les élus. Un peu l’ancêtre du SMS. Genre « t’as vu il y a xxxx qui ronfle ? » ou « trop jaloux, j’aurais tellement voulu avoir la commission des sports en chambre moi aussi !! » etc …
C’est le moment où je me rappelle que la liste UMP proposait la retransmission du conseil municipal en streaming. Bientôt un remède infaillible contre l’insomnie ?
2/ Découpage des nouveaux quartiers de Courbevoie
Les plus patients seront récompensés par l’arrivée d’un sujet intéressant, le nouveau découpage des quartiers de Courbevoie. Développé par Marie-Pierre Limoge, beaucoup plus à l’aise en réponse aux questions qu’en lisant son texte version CM2, les quartiers de Courbevoie passent donc de 5 à 4. Ce changement ambitionne de faire correspondre les quartiers aux grands projets proposés par l’équipe municipale. De plus, les quartiers actuels correspondaient à un découpage ancien plus forcément adapté à l’évolution de la ville.
Pour ceux qui ne connaissent pas par coeur les 5 quartiers actuels de Courbevoie, vous les trouvez ici
D’après ce que j’ai compris concernant le nouveaux découpage, les 4 quartiers sont dorénavant :
  • Quartier Gambetta, zone située entre la gauche de la rue de Bezons, l’avenue Gambetta et la Défense – Inchangé
  • Quartier Coeur de Ville, compris entre la rue de Bezons et le Boulevard de Verdun. Il s’agit de l’ancien quartier Hotel de Ville qui récupère la partie de l’ancien quartier Marceau – République comprise entre l’avenue Marceau et l’Avenue de Verdun
  • Quartier Faubourg de l’Arche : ce quartier situé derrière la Défense récupère la partie de l’ancien quartier Marceau – République comprise entre l’avenue Marceau et le Boulevard de la Mission Marchand. Marie-Pierre Limoge a aussi annoncé que ce quartier serait amené à changer de nom.
  • Quartier Bécon : le quartier actuel Bécon quant à lui récupère la fameuse zone du futur Village Delage, zone comprise entre le boulevard de Verdun, la voie verrée et Bois Colombes
Au final, ce découpage est en effet assez cohérent avec les lieux d’habitation, les lieux de vie et les grands projets de la ville. J’ai pour ma part trouvé les réponses de Marie-Pierre Limoge aux questions des opposants PS assez convaincantes.
Pas encore d’annonce en revanche concernant les compositions des futurs conseils de quartier. Serais-je admis pour vous raconter ce qui s’y passe ?
3/ Les frais de justice du Maire
Arrive alors le bon sujet polémique de la soirée, la prise en charge des frais de justice du Maire.
Cela concerne en premier lieu l’affaire dites des HLM de Courbevoie. En résumé, si vous avez manqué les épisodes précédents, cela concerne un gardien de HLM, un certain Moussa, qui louait en douce des logements vides moyennant paiement en liquide. Sans doute était-il préoccupé par l’existence de logements vacants et voulait-il à tout prix aider les Courbevoisiens à trouver un logement ? Ou bien il se faisait juste un peu d’argent facile ? La justice en décidera…
Le problème est que le camarade Moussa se revendiquait connaissance, voire soutien du maire Jacques Kossowski. De dangereux tabloïds racoleurs tels que Le Figaro, Le Parisien ou i-télé se sont fait l’écho de cette affaire en soulignant les rapports entre le maire et le gardien. Jacques Kossowski souhaite donc attaquer ces médias en diffamation.
La 2e affaire concerne une campagne d’affichage ayant eu lieu à Courbevoie et extrêmement agressive et diffamatoire vis-à-vis du maire. Pour ma part, je n’avais jamais vu les affiches incriminées.
Pour ces deux affaires, le maire demande que ce soit la ville qui finance les attaques en diffamation dans le cadre de la défense des élus qui figure dans la loi.
Forcément, cette proposition n’a pas été particulièrement bien accueillie par l’opposition.
Le colistier FN de Floriane Deniau indique que lui aussi il aimerait bien que la Mairie lui paye ses frais de justice suite au panneau de campagne FN qui avait été volé à Charras. Le Maire lui rappelle poliment qu’au moment des faits, il n’était pas maire. Pas de bras…
De son côté, Jean-André Lasserre (PS) nous propose une envolée lyrique contre cette proposition qualifiée d’entourloupe pour les Courbevoisiens. Bon, on l’entend toujours très mal donc ça casse un peu l’effet mais sur le fond ce qu’il dit
  • Les faits sont liés à Jacques Kossowski en tant que candidat en campagne et non en tant que Maire de Courbevoie. A ce titre, il ne serait pas logique que la ville prenne en charge des dépenses relevant de la défense d’un candidat en campagne
  • En plus, lui a été attaqué en diffamation en tant qu’élu de Courbevoie par Mr Iskenderov dans l’affaire Hermitage, pour laquelle il a gagné en appel. Pour cette affaire, les frais ont été à sa charge et il aimerait bien qu’ils soient alors pris en charge par la mairie.
  • Enfin, le maire se paye un avocat à 450 euros / heure donc très cher aux frais du contribuable
Présenté comme cela, ses arguments méritent le débat et les deux positions peuvent être argumentées. Il est en effet normal que le maire soit défendu par la ville dans le cadre de ses fonctions. Cependant, les 2 affaires concernent-elles le maire ou le candidat ? Un candidat serait-il mieux protégé ‘juste’ parce qu’il a été élu maire ? Le débat aurait pu être intéressant…
Malheureusement, les deux hommes se détestent manifestement, et un débat d’idée est la dernière de leurs préoccupations. Ainsi, Jean-André Lasserre ponctue son argumentation de différentes attaques agressives inutiles contre le maire. L’objectif ne semble pas tant être de convaincre du bien-fondé de ses arguments que de lancer des piques au maire.
De son côté, Jacques Kossowski en profite pour ne pas répondre sur le fond du débat mais en attaquant aussi Jean-André Lasserre au même niveau. L’argument final consistant à expliquer que les Courbevoisiens l’ont élu, donc c’est qu’il a raison.
Aucun des deux ne s’écoute, on se coupe la parole, on s’invective (« vous savez que vous avez tort ») et chacun reproche à l’autre sa campagne municipale (« on vous a respecté, pas vous », « quand on trouvera qui est à l’origine des affiches, certains dans la salle auront des problèmes », « vous m’avez traité de repris de justice »…)
Chacun vide son sac, mais pour le débat d’idée, merci de revenir plus tard. Aucun des deux ne sortira grandi de cet échange.
Enfin, au milieu des invectives, Arash Derambarsh (DVD) prend la parole et là miracle tout le monde se tait. Je n’ai pas forcément tout compris tout de suite à ce que voulait dire Arash mais c’était déjà tellement agréable que quelqu’un puisse parler sans être interrompu ! Concernant son intervention, elle pourrait se résumer à « Monsieur le Maire ». En effet, je soupçonne Arash d’avoir pris les paris avec ses potes : « je vous parie que je peut placer 59 fois la phrase « Monsieur le Maire » dans une intervention de 3mn ». En tout cas, si c’était le cas, il a gagné !
Sur le fond, si j’ai tout compris, sa position consiste à dire que le Maire a raison de faire financer par la ville son attaque en diffamation concernant l’affaire des affiches qui étaient vraiment moches. Concernant l’affaire des HLM, il proposait au maire d’aller au bout de son procès et de se faire financer par la ville seulement s’il gagnait. En effet, proposition de synthèse somme toute intéressante.
Puis les conseillers municipaux votent, et la proposition UMP est acceptée : la ville financera les frais de justice de Jacques Kossowki pour attaquer en diffamation avec un avocat à 450 euros / heure.
4/ Les grandes lignes du budget de la ville
Nous passons alors aux grandes lignes du budget de la ville, présentées par l’adjoint aux finances Patrick Gimonet. Longue intervention mais expliquée de manière très claire et compréhensible, que je vais tenter de synthétiser.
  • L’état nous prend des sous : le vilain gouvernement prend des sous partout, et réduit ainsi les ressources de la ville. Baisse des dotations aux collectivités locales, et augmentation de la contribution des villes riches (nous) pour payer les villes pauvres (les autres), et La Défense qui rapporte moins. Donc les recettes fiscales tendent naturellement à la baisse.
  • La future Métropole du Grand Paris qui ouvrira le 1er janvier 2016 va nous prendre encore plus de sous. Avant on payait pour les communes pauvres de la communauté d’agglomération, donc Puteaux, et maintenant on va payer pour Sarcelles.
  • La masse salariale de la ville augmente de 3%, et passe à 1,8 millions d’euros à cause entre autre des augmentations obligatoires de salaires (donc l’état)
  • Malgré tout, le budget prévoit bien de déployer plusieurs des grands projets du candidat Jacques Kossowski.
  • L’économie sera donc une des priorités du « sextennat »
  • Le plan commerce sera mis en place
  • Il y aura de nouveaux parcs / espaces verts, notamment l’agrandissement du Jardin des Tournelles (celui où habite le Maire)
  • Le programme de mise en valeur du coeur de ville continue
  • La rue de Bezons / rue de Marceau ‘seront travaillés’. Ah, content qu’on en parle, mais que veut dire ‘travaillés’ ?
  • Développement de la vidéo protection, et non pas de la video surveillance comme le disent les vilains du PS
  • Initiation du Village Delage
  • Lancement début du mois de mai de la cité des Loisirs
  • Au niveau du VAL, mise en place de la semaine de 4 jours 1/2. Exercice difficile pour la majorité qui consiste à expliquer que la réforme c’est pas bien mais qu’on va quand même faire des choses bien avec. Le VAL représentera donc 360 intervenants et proposera 37 activités pour un coût total de 2,7 millions d’euros, soit 340 euros par enfant.
  • Au niveau financier, la situation est solide, Patrick est un bon père de famille et les emprunts sont principalement à taux fixe. La masse salariale de la ville est inférieure aux villes de taille comparable.
  • La dette de la ville représente 134 millions d’euros, soit 1400 euros / habitant.
  • Le budget prévoit un plan pluriannuel d’investissement. Nouveauté par rapport à la mandature précédente qui permet de prévoir les gros investissements. Celui-ci prévoit 62 millions d’euros d’investissement en 2014.
Suit alors le débat avec les élus de l’opposition.
Au début du débat le maire Jacques Kossowski se lève et s’en va. Une petite envie pressante ? 
Le PS pose des questions concernant Charras en demandant si quelque chose sera fait avant 3/4 ans. Ils pointent aussi la faiblesse de l’investissement prévu pour la rénovation du parc de Bécon (450 000 euros). Ils demandent aussi quelle est la politique sportive de la ville, et critiquent l’explosion récente de la dette à Courbevoie, notamment du fait du financement du projet de la Cité des Loisirs dont le coût d’exploitation sera élevé.
Le FN pose une question mais je ne m’en souviens plus tellement elle devait être intéressante.
Arash pointe le fait qu’il manque un accès handicapé sur un trottoir place Hérold.
Jacques Kossowksi n’est d’ailleurs toujours pas revenu. Il est parti prendre une pizza comme moi ? 
Les échanges entre élus de l’opposition et conseillers municipaux sont sérieux, les positions compréhensibles et expliquées. Echanges intéressants donc sur ces sujets.
5/ Les indemnités des élus
On termine sur la question des indemnités des élus. Le point est expliqué dans un charabia administrato-administratif où en gros le Maire touchera 110% d’un truc genre le point d’indice coefficientel de la fonction publique niveau 3.b alinéa 4 et les adjoints 44%.
Le Maire étant député, il est cependant tenu d’écrêter un salaire, et choisi d’écrêter celui de Maire pour ne pas dépasser les plafonds.
En synthèse :
  • Le Maire Jacques Kossowki touchera 2115,71 euros / mois
  • Les 19 adjoints toucheront 1529,50 euros / mois
La rémunération des élus coûtera donc à la ville 25 058 euros par mois. Pour en savoir plus sur ce sujet, j’ai mis à jour l’article concernant la rémunération des élus de Courbevoie
On retiendra surtout que les rémunérations sont fixées dorénavant au maximum légal, et que nous avons 4 adjoints de plus que sous la précédente mandature. Le coût du conseil municipal augmente pour cette mandature.
Toujours pas de Jacques Kossowski en vue. Il avait peut être seulement la permission de 11h ? 
 
Conclusion
Pour conclure le conseil municipal sur une note polémique, Jean-André Lasserre pointe l’absence de Jacques Kossowski de la fin du conseil municipal comme irrespectueuse, s’attirant ainsi des réactions disons hostiles de la majorité UMP.
Alors toi aussi, joue à chercher pourquoi Jacques Kossowski est parti au milieu du conseil municipal ?
  • Il revient tout juste d’un voyage en Egypte et il était indisposé ?
  • Il avait une grosse faim et il est parti cherché un restaurant ouvert à Courbevoie à 11h
  • Il est sorti le temps de licencier l’ingénieur du son
  • Il était parti acheter des croissants pour les membres du Conseil Municipal, mais pas de bol, la boulangerie n’avait plus de croissants
  • Il trouvait la première partie du conseil avec les nominations passionnante, mais la partie budget de la ville franchement ennuyeuse
  • Il était sorti crever les pneus de Jean-André Lassserre, ça lui fera les pieds
  • Il ne voulait pas rater le tirage de l’Euro Million de 23h20
  • Il avait piscine
Sinon, la deuxième partie du conseil municipal était intéressante, notamment les échanges entre élus de l’opposition et adjoints au maire. Cela contre balançait heureusement les échanges stériles et peu constructifs entre Jean-André Lasserre et Jacques Kossowski.
Enfin, pour les spectateurs, pas toujours facile de suivre. Il serait utile que l’on puisse avoir accès à un ordre du jour plus détaillé. Un écran pour projeter certains documents de débat serait aussi le bienvenu. Hommage donc à ma trentaine de camarades venus assister en spectateurs aux 4h30 du conseil municipal dans des conditions pas idéales. Ils furent plus patients que le Maire !
Suite le 28 avril pour un conseil municipal qui devrait rentrer dans le détail du budget…

Une pensée sur “J’ai assisté pour vous – Le Conseil Municipal du 15 avril 2014

  • 19 avril 2014 à 18 h 38 min
    Lien Permanent

    Merci ! Toujours aussi bien écrit, drôle, incisif, objectif et réaliste…. Comme si on y était 😉

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *