J’ai assisté pour vous – Le Conseil Municipal du 29 septembre 2014

En cette fin de septembre avait lieu le premier conseil municipal retour de vacances de Courbevoie.  j’y étais, et ce fut long, très long. Alors pour que mon effort n’ait pas été vain, merci à vous, fidèles lecteurs, de vous intéresser à cet article. Compte rendu sur le blog, accrochez-vous et soyez patients !

Bored to Be Alive

Bon, disons-le tout de go, ce conseil municipal n’était vraiment pas marrant. Mais alors pas du tout du tout, on s’y est ennuyé ferme. Alors si vous finissez la lecture de cet article aussi pétri d’ennui et de désespoir qu’après une journée d’appel à la préparation à la défense, c’est que mon compte-rendu aura été fidèle. Sinon, c’est que je possède des talents d’alchimiste totalement insoupçonnés.

Notons d’ailleurs que pour ceux qui souffriraient d’insomnies chroniques et qui souhaiteraient se soigner de manière radicale par le visionnage d’un conseil municipal de Courbevoie, c’est possible ! En effet, l’opposition PS filme depuis plusieurs séances. Saluons qu’à Courbevoie cet acte démocratique ne soit pas entravé comme ce fut le cas à Puteaux.

Tout juste aurons-nous eu quelques-unes de nos traditionnelles altercations entre Jean-André Lasserre et Jacques Kossowski sur le modèle « moi je vous respecte et pas vous », « non, même pas vrai d’abord, c’est l’inverse », « et de toute façon, c’est celui qui dit qui l’est »... Mais même là on sentait que le coeur n’y était pas vraiment, tout juste si chacun jouait son rôle histoire de réveiller l’assistance.

Tout avait pourtant bien commencé, Arash Derambarsh ayant demandé la parole au début du conseil municipal pour souhaiter que nous ayons tous passé de bonnes vacances (oui merci, et toi ?), et dire qu’il remerciait le maire pour la rentrée scolaire. Ingrat, Jacques Kossowski ne lui donnera même pas ni bon point, ni image !

Malheureusement, la suite du conseil nous fera regretter les-dites vacances… Sans trop spoiler, le point culminant sera probablement atteint à 23h quand, après 3h de conseil municipal, arrive cette question de l’opposition : « est-ce que le marché public passé par la mairie pour les achats d’enveloppes prévoit que les enveloppes soient en papier recyclé ? ».

Vas-y Franchi, c’est bon ! 

Une des première dispositions du conseil municipal s’intitulait « Désignation d’un membre au conseil d’administration de l’Office Public de l’Habitat de Courbevoie ».

Il s’agit en réalité d’élire au conseil d’administration de l’OPHLM un élu ne faisant pas partie des représentants de Courbevoie, sans doute pour assurer une certaine transparence.

Pour ceux qui auraient raté les épisodes précédents, rappelons que la transparence est clairement une nécessité pour les HLM de Courbevoie secoués par une sombre affaire de trafic de logement.

Pour ce poste, la majorité UMP du conseil municipal de Courbevoie propose la nomination de Mr Vincent Franchi. Bon, pourquoi pas, mais qui c’est ? Quelques vingt minutes plus tard, mon cerveau aura subitement rebranché ses 2 neurones (si vous m’accordez 2 neurones bien sûr…) pour faire le lien. Mais oui bien sûr, Vincent Franchi n’est autre que le fils de Joëlle Ceccaldi-Raynaud, Maire de la commune voisine de Puteaux !

Et être fils d’une Maire de Puteaux n’est pas de tout repos ! Ainsi celui-ci en tant que 7e adjoint dispose-t-il, excusez du peu, des délégations des finances, de l’urbanisme, de la gestion du personnel communal, de la culture et de l’enseignement. Il doit regretter que les heures supp’ ne soient plus défiscalisées ! Vincent Franchi est aussi pressenti pour prendre la mairie de Puteaux, comme l’avait fait son papy et sa maman avant lui. Bref, les HLM de Courbevoie seront sans doute son premier sujet de préoccupation.

Mais puisque l’on parle des HLM, au moins à Puteaux ne sont-ils pas vacants : en effet, d’après un reportage de France 2, 1 élu sur 2 de Puteaux est logé en HLM. En voilà une bonne idée pour utiliser les 700 logements qui seraient vacants dans les HLM de Courbevoie !

Vincent Franchi fut donc élu avec 44 voix, soit tout le conseil municipal moins les râleurs de l’opposition PS, et avec à peu près aucun débat ou voix discordante. Le propre des personnalités au-dessus de tout soupçon !

Pad me tender

Je ne sais pas si je l’ai déjà dit mais on s’ennuie ferme dans un conseil municipal. Nous ? Les visiteurs bien sûr. Parce que les élus, eux, étaient tous fièrement équipés d’un iPad tout neuf manifestement offert par la mairie. Pire, pour pouvoir se distraire sans difficulté, ils bénéficièrent d’un code du wifi auquel nous, modestes visiteurs, n’avions bien sûr pas droit. Même les élus FN se retrouvaient bien embarrassés avec leur iPad, alors que, si on appliquait leur programme, l’iPad conçu aux USA et fabriqué en Chine ne pourrait jamais passer les solides frontières de la France !

Chacun aura donc pu consacrer son conseil municipal à apprivoiser son nouvel outil. On repérait bien les familiers qui pouvaient ainsi taper de la main droite sur l’iPad et de la gauche sur l’iPhone, et ceux qui cherchaient où pouvaient bien se cacher la souris et le clavier. Du coup, aucun ne fut surpris cette fois-ci à jouer à Candy Crush. Mais je veillerai la prochaine fois…

Enter Sandman

A l’occasion d’un dossier de faible intérêt (l’abandon d’un droit de préemption renforcé) fut abordé le sujet de l’entrée de ville. Il s’agit de l’espace situé au niveau du pont de Courbevoie pour lequel un certain nombre de bâtiments ont été détruits et certains nouveaux construits. Etaient aussi prévus entre autres la construction d’un nouveau gymnase et d’un parking, pour lesquels un concours d’architecte avait été lancé. Le projet est cependant actuellement au point mort.

Le même sujet avait été abordé lors de la réunion du conseil de quartier coeur de ville. A cette occasion, la réponse de Marie-Pierre Limoge avait eu le mérite de la franchise : les moyens de la ville n’étant pas illimités, et les ressources en diminution, il fallait faire des choix et ce projet a été repoussé sine die. En lieu et place sera installé un espace vert le temps que le projet puisse être relancé.

Au conseil municipal, la même question amena plus d’esquive dans la réponse. Le projet serait juste repoussé, le temps de trouver des financements… L’opposition PS sembla très tracassée que les Courbevoisiens ne puissent plus faire de sport sans ce gymnase manquant. Il est vrai qu’avec seulement 7 gymnases, on peut à peine en faire un par jour de la semaine.

Mais bon, comme l’expliqua alors Jacques Kossowki, tout ça c’est simplement la faute de François Hollande qui baisse les dotations aux collectivités locales.

Ben voilà, on a la réponse !

My Friends

Autre sujet du conseil municipal, une motion de support à l’association des maires de France (AMF) consistant, pour faire simple, à râler contre l’Etat qui baisse les subventions aux collectivités locales justement. A Courbevoie, cela représente d’après Patrick Gimmonet une baisse de 8,5%.

Et alors ça c’est pas bien. En effet, si tout le monde à part Jean-Luc et Marine s’accorde à dire qu’il faut réduire le déficit de la France et qu’il faut réduire les dépenses, quand ça nous touche, alors là nous on n’est pas d’accord.

  • Si on réduit le déficit en augmentant les impôts, c’est moche parce qu’on n’aime pas payer des impôts
  • Si on réduit les dépenses en réduisant les policiers, c’est pas bien parce qu’on veut pas de vendeurs de shit en bas de chez nous
  • Si on réduit les déficits en supprimant les départements, c’est pas bien parce que sinon qu’est-ce qu’on va mettre sur les plaques de nos voitures ?
  • Si on réduit les déficits en réduisant les allocations familiales, c’est pas bien parce que si j’avais su j’aurais pas fait d’enfants !
  • Si on réduit les déficits en réduisant les dotations aux collectivités locales, c’est pas bien parce que l’AMF l’a dit
Bref, pour ça l’AMF représente bien les Français : il faut que l’Etat fasse des économies, mais à une condition, que ça ne nous touche pas !

Et au vu des budgets en hausse dans à peu près toutes les collectivités locales, pas sûr que le besoin d’économies dans le secteur public soit en cours de décentralisation…

Enfin bref, au final on retiendra que tout ça, c’est la faute de François Hollande.

Viens chez moi, j’habite chez une copine

Allez, on arrive à la fin, accrochez-vous encore un peu ! Un des derniers sujets polémiques qui sera abordé dans ce conseil municipal concernait les crèches et un projet de partenariat avec l’entreprise 1001 crèches. 

Le principe est le suivant :

  • 1001 crèches paye à la mairie 10 000 euros par berceau par an pour réserver 30 berceaux parmi les places disponibles dans les différentes crèches de Courbevoie. Cela représente donc un gain de 300 000 euros / an pour la mairie
  • En retour, sur ces 30 places, 1001 crèches peut proposer, voire choisir, les attributions parmi ses clients, à condition que les bénéficiaires soient des habitants de la ville. Les bénéficiaires paient le tarif normal à la ville.
  • Et pour être bénéficiaire, il faut que l’entreprise où vous travaillez cotise à 1001 crèches pour un prix de l’ordre de 1000 euros / mois, mais dont près des 3/4 sera pris en charge par l’Etat en déductions fiscales en tout genre, soit seulement 200 / 300 euros par mois restant à la charge de l’entreprise.
En un tour de passe passe, l’argent passe donc de l’Etat à la mairie !
Le système est diablement malin : la mairie est gagnante car cela représente un apport de finance intéressant difficile à refuser. L’entreprise est gagnante car l’Etat paye le plus gros de la dépense (reste quand même à voir quel type d’entreprise est prête à payer 200 à 300 euros par mois pour la crèche de ses employés…) et que cela représente un outil de fidélisation RH, et les salariés de ces entreprises sont gagnants car ils bénéficient de places en crèches à des conditions normales en court circuitant les règles d’attribution normales.
Le système 1001 crèches consiste donc simplement à se faire acheter par son entreprise un passe-droit pour bénéficier d’une priorité sur certaines places dans les crèches municipales des villes partenaires. Et entre les deux, 1001 crèches prélève forcément sa commission et avec un chiffre d’affaires de 12 millions d’euros tout de même, ayant doublé entre 2012 et 2013. Juteux modèle ! Mais au moins, on aidera ainsi une entreprise Courbevoisienne, et en plus située dans le futur Village Delage !
Et comme le rappellera Aurélie Taquilain, adjointe au maire en charge de la petite enfance, on a bien besoin de cet argent, la ville dépensant déjà 20% de son budget dans la petite enfance. Par ailleurs, cela représentera une toute petite part des 2000 places de crèche disponibles à Courbevoie.
Et puis n’oublions pas que tout cela, c’est à cause de François Hollande qui baisse les dotations aux collectivités locales !
Voilà, c’est fini
D’autres sujets furent abordés pendant les 3h30 que durèrent ce conseil municipal. Il fut question des conseils de quartier, du budget de la patinoire, des CCUS (tiens vous chercherez ce que c’est tout seul pour une fois, un kinder pour le gagnant !), des déchets de la ville, des vélibs (que l’on n’aura pas), des tarifs du centre évènementiel, de la grève du VAL, des badgeuses dans les écoles (vraiment nulles, changeront prochainement)… Si vous voulez le détail, consultez le compte rendu officiel
En tout cas, j’espère que vous aurez aimé parce que moi, non ! Pas certain donc de retourner aux futurs conseils municipaux délaissant ainsi femme et xbox… Sauf à ce que ces comptes-rendus passionnent vraiment beaucoup de monde ?
A suivre…

4 pensées sur “J’ai assisté pour vous – Le Conseil Municipal du 29 septembre 2014

  • 5 octobre 2014 à 11 h 47 min
    Lien Permanent

    Merci Kloug, ce compte-rendu nous évite d’y aller 🙂

    Répondre
    • 6 octobre 2014 à 19 h 00 min
      Lien Permanent

      De rien, mais je ne suis pas sûr qu’on puisse vraiment apprécier le temps long sans y aller. Vous devriez venir, vraiment, j’insiste !

      Répondre
  • 6 octobre 2014 à 17 h 35 min
    Lien Permanent

    Merci pour cette retranscription d’une longue soirée.
    La formalisation de ces échanges, ces petits cadeaux entre élus sur le dos de la communauté nous prouve que nos élus ne sont absolument pas responsables (de la préservation des deniers publics) et ne méritent pas notre confiance. Il est donc intéressant de le montrer, maintenant il faut le dénoncer, haut et fort!
    Merci d’en avoir été le témoin

    Répondre
  • 9 octobre 2014 à 14 h 05 min
    Lien Permanent

    Merci ! pour y avoir assisté quelques fois, je compatis … Et en même temps, l’essentiel est là ! bravo

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *