J’ai assisté pour vous – Le Conseil Communautaire Seine Défense du 4 décembre 2014

Après la réunion agitée du Conseil Communautaire Seine Défense (CASD) du 10 octobre, nouvelle réunion le 4 décembre. Plus de journalistes, presque plus de spectateurs et à peine plus d’élus aussi pour une réunion de Noël pleine de bonnes intentions. J’y étais bien sûr, compte rendu sur le blog !

1/ L’appel

Premier constat donc comme le montre assez bien la photo, affluence bien différente du 10 octobre ! Côté spectateurs, ne restent plus que les fidèles : à ma gauche, la dizaine d’inconditionnels UMP venus supporter leur chef, et à ma droite, la 1/2 dizaine d’inconditionnels de Jean-André venus soutenir le PS. Autant dire que cette fois-ci, je ne manquais pas de place au milieu !

Côté adjoints, ils étaient bien là, c’était même leur jour de parole. Seule absence notable, Vincent Franchi, fils du maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Par contre, côté élus, nous avons eu l’assemblée la plus clairsemée que j’aie vue de toute l’année. Comme le pointe l’opposant Modem Christophe Grébert, il y avait côté majorité plus d’adjoints présents que d’élus ‘normaux’…

2/ L’eau

Précision tout de même : je ne suis arrivé qu’à 20h08, la réunion commençant à 20h. En 8 minutes donc, nous finissions déjà le 4e point, l’eau. Aucune intervention ou aucun débat sur ce thème.

Pourtant le prix de l’eau méritait quelques questions. Nous apprenons donc que l’eau coûte 4,40 euros / m3 à Courbevoie, contre 4,15 euros / m3 à Puteaux, sachant que la moyenne dans les Hauts de Seine est à 4,15 euros. Puteaux justifie son prix par une négociation avec l’opérateur. Première question qui me brûle les lèvres et ne sera malheureusement pas posée : mais pourquoi n’en a-t-on pas fait autant à Courbevoie, ville pourtant bien plus peuplée ? Cela représente quand même un écart de 10% alors que l’eau est un sujet commun à la CASD. Sachant que l’eau peut représenter facilement 500 euros / an pour une famille, 10% serait un coup de pouce bienvenue ! Tant pis pour moi, je resterai avec mes lèvres brûlées.

2e question concernant l’eau : à Paris où la gestion de l’eau est municipalisée, le coût est à 3,22 euros / m3, soit près de 30% de moins qu’à Courbevoie ! Pour quelle raison ? Serait-ce tout simplement la marge de l’opérateur ? Ok, cela peut sembler simpliste. Et pourtant… en regardant les résultats de la société Eau et Force qui exploite le réseau à Courbevoie et Puteaux, son excédent brut d’exploitation est de… 25%, avec des résultats qui feraient envie à bien des entreprises !

Pour se donner une idée de comparaison, cela représente en proportion des résultats 2 fois meilleurs qu’une société comme EDF par exemple, évoluant pourtant avec peu de concurrence. Bref, on paye cher notre eau mais ça fait des heureux !

Sur un budget de 500 euros / an pour un ménage, cela représente au final près de 150 euros de plus par an par rapport à Paris.

Au final, si le prix de l’eau en banlieue parisienne semble globalement plus élevé qu’à Paris pour le bien de certains opérateurs, il serait intéressant de comprendre pourquoi. Et même parmi les communes de petite couronne, le prix de l’eau à Courbevoie semble plutôt dans la fourchette haute que basse. Pour quelle raison ? Dommage que ce point à l’ordre du jour n’ait pas permis de mieux comprendre ce sujet qui concerne pourtant tous les habitants.

3/ Le Ballet des Adjoints

Les habitués de la politique locale connaissent bien les critiques récurrentes de l’opposition sur la CASD qui ne serait qu’une coquille vide destinée à financer les 14 adjoints pour près de 500 000 euros de budget annuel. Dans ce conseil communautaire, la majorité semblait décidée donc à faire bosser les adjoints en question. Sur les 14, 8 ont donc dû s’exprimer, chacun pour amener son projet et son étude à réaliser. Revue quasi exhaustive des projets de la CASD :

– Création d’une journée de l’habitat pour parler d’habitat justement et notamment de HLM. Le vote était sur le principe, une étude de faisabilité sera ensuite réalisée.

– Action sur l’emploi, avec des espaces d’accueil de proximité, des accompagnements… Une étude de faisabilité sera menée bien sûr, en ciblant en priorité les femmes de + de 45 ans et les seniors. Alors les seniors, d’après Eric Césari, cela commence à 50 ans. Si à 50 ans, on est considéré comme Senior, dans quelle catégorie Eric classe-t-il Jacques Kossowski qui aura bientôt 75 ans ? Plus âgé que les seniors, il ne reste plus que les sénateurs ! En tout cas, on retrouve bien la priorité à l’emploi des plus de 50 ans dans l’organigramme de l’UMP de Nicolas Sarkozy où la majorité sont des hommes de plus de 50 ans. Voilà où caser les chômeurs de Courbevoie !

Sur l’emploi toujours, l’opposition pointe la multiplication des intervenants, les villes de Puteaux et Courbevoie ayant déjà des actions sur le sujets. Comme quoi, quand la CASD ne fait rien, l’opposition n’est pas contente, et quand elle fait, l’opposition n’est pas contente ! Comme s’ils ne savaient pas que la multiplication des structures en doublon dans les collectivités locale étaient une spécialité française ! Sur le fond, la réponse d’Eric Césari était que la structure communautaire pourrait à terme remplacer les structures municipales.

Mise en réseau des conservatoires de Puteaux et Courbevoie. Pas de débats sur le sujet, beau consensus. Sera donc mise en place une étude de faisabilité. Seul point positif notable, un élu de l’opposition de Puteaux Antoine Di Pietro demande de participer à l’étude, proposition acceptée par la majorité.

Mise en place d’un Pass Culture. Sur ce sujet, c’est notre Arash Derambarsh local qui participera à l’étude de faisabilité. A nouveau, il est bien que des membres de l’opposition puissent participer au projet. L’idée est de créer un pass culture permettant aux habitants de deux villes de bénéficier facilement des équipements du territoire. Cette idée est d’ailleurs tellement bonne… qu’elle avait déjà été votée en 2011 !

Interpellé sur le sujet par Christophe Grébert, Eric Césari répondit que la CASD avait eu d’autres sujets à traiter depuis 2011. J’ai bien cherché mais je n’ai pas trouvé quoi. J’offre donc une séance gratuite de conseil municipal à qui trouvera ce que faisait la CASD entre 2011 et 2014 qui l’empêchait d’appliquer son vote !

– Développement de la Biodiversité et du Tourisme Vert sur Courbevoie et Puteaux. Plus besoin d’aller en Auvergne pour faire du tourisme vert, il suffira d’aller Boulevard de Verdun ! On apprend ainsi qu’il y a une grande diversité de faune et flore sur la zone, et même des vignes à Courbevoie. A la prochaine visite chez le caviste, demandez votre Courbevoie Grand Cru ! Sur le sujet, côté opposition, c’est Joëlle Paris (EE-LV) qui apporte le soutien à l’initiative, tout en restant dubitative sur les actions à venir. On notera surtout que Joëlle est tellement solidaire des Verts qu’elle vient habillée en vert au conseil communautaire. Ca c’est du marketing politique au moins ! Alors qu’on attend toujours la chemise rose de Jean-André Lasserre, ou le polo orange de Christophe Grébert. Pour la prochaine fois ?

Schéma directeur des liaisons douces. Derrière cette jolie novlangue administrative se cache surtout le développement des pistes cyclables à Courbevoie et Puteaux. Après des années d’étude de faisabilité, il n’est toujours pas faisable d’aller en vélo de Courbevoie à Puteaux, sauf pour les survivants de Koh Lanta. Une première expérimentation aura enfin lieu à La Défense en avril. L’esquisse d’un changement ? Souhaitons que ce soit suivi d’effet !

Sensibilisation en matière de sécurité routière. Il s’agira d’organiser pour les enfants de 6 ans une action de sensibilisation à la sécurité routière incluant un éveil à la conduite. Initiative sympathique, déjà en place à Puteaux avec de bons retours des enfants. Curiosité cependant, la mission serait confiée à l’Automobile Club de l’Ouest, association dont la mission principale est l’organisation des 24h du Mans. Son dirigeant est d’ailleurs un certain Pierre Fillon, frère d’un célèbre élu de la Sarthe justement. Cette association est-elle bien placée pour réaliser cette action de sensibilisation ? Oui d’après la majorité car elle le fait dans beaucoup de communes avec de bons résultats et de bons retours. Si la prestation est bonne, pourquoi la refuser à cause du nom de l’association ? Non d’après l’opposition pour qui cela serait comme confier à TF1 une mission de sensibilisation sur la stupidité des émissions télé (précisons que la comparaison est de moi, n’ayant pas aimé celle de l’opposition)

– Extension du Pass Sport. Si vous êtes arrivés jusqu’ici, vous devriez savoir que cela consistera en une étude de faisabilité pour faciliter le sport à travers les deux villes. Aujourd’hui, les habitants de Courbevoie bénéficient d’un tarif local pour l’accès à la piscine de Puteaux, à supposer qu’ils le sachent. De leur côté les habitants de Puteaux bénéficient du tarif local à la patinoire de Courbevoie ce qui est d’autant plus facile que je n’ai jamais vu qu’il y a un tarif local à la patinoire. Ce bénéfice pourrait donc être étendu à d’autres équipements.

Au fil de ces sujets, on constate donc qu’il se passe des choses à la Communauté d’agglomération Seine Défense. Des sujets intéressants voient le jour, et une chose est sûre, c’est que les études de faisabilité vont fleurir. D’ailleurs, si vous êtes une femme de plus de 45 ans ou un homme de plus de 50 ans ni sénateur, ni dirigeant de l’UMP, je vous recommande vivement d’embrasser le métier d’étudieur de faisabilité. Vous ne manquerez pas de travail à la communauté d’agglomération !

Reste à voir pour quels résultats. Notamment, d’ici le 1er janvier 2016 et l’arrivée du Grand Paris, soit la communauté d’agglomération aura disparu, soit elle se sera agrandie significativement. En effet, les communes de la région parisienne doivent d’ici le 1er janvier 2016 s’organiser en communautés d’agglomération dépassant les 300 000 habitants. Toutes ces actions auront-elles été réalisées d’ici le 1er janvier ? Auront-elles encore un sens quand la communauté d’agglomération aura triplé de taille ? A suivre dans les prochains mois !

4/ Ouvrez les grilles

Gros sujets pour les Putéoliens : la fermeture de l’île de Puteaux. Pour rappeler brièvement les faits, l’île de Puteaux est, comme son nom ne l’indique pas, partagée avec Neuilly. Entre les 2 villes, une grille normalement ouverte permettant d’accéder à l’île de Puteaux depuis le pont de Neuilly et séparant la partie Puteaux de la partie Neuilly.

Or, depuis 1 mois environ, la mairie de Puteaux a décidé unilatéralement de fermer la grille obligeant à un détour radical de 3km pour rejoindre le point de Neuilly ? Raison politique ? Promotion de la marche à pied ? Autre raison ? La question fut donc posée 3 fois lors du conseil communautaire, et le Maire de Puteaux Joëlle Ceccaldi-Raynaud a répondu lors de la première question sur le sujet.

Selon elle donc, il y aurait eu avant la fermeture de la grille des dégradations et des vols sur les équipements de l’île. Notamment, certains équipements sportifs auraient subi des dégradations entraînant pour la ville des frais importants de remise en état. C’est pour empêcher cela que la grille a été temporairement fermée.

Conclusion personnelle : les vols venaient donc de Neuilly, ville connue pour son fort taux de délinquance ? Joëlle Ceccaldi-Raynaud a conclu en expliquant que la grille n’avait pas vocation à rester fermée, qu’elle serait réouverte le mois prochain et qu’un nouveau règlement serait appliqué sur l’île pour prévenir ce type de problèmes.

Satisfaisante ou pas, la réponse du Maire semblait en tout cas relativement complète. On comprend aussi qu’il s’agit sans doute d’une question d’argent sur le coût de l’entretien des équipements dont bénéficient les habitants de Neuilly comme ceux de Puteaux. Sachant que les maires de Puteaux et Neuilly s’entendent à peu près aussi bien que 2 dirigeants écolos entre eux, on peut imaginer la suite…

Pour passer, ne reste donc plus qu’à nager dans la Seine ! Après tout, c’était une promesse de J. Chirac en 1988 !

5/ Pendant ce temps, à Veracruz…

Il n’est pas possible de finir ce compte rendu sans parler de l’activité des élus pendants les débats. Si les sujets vous ont passionné, ça n’était pas forcément le cas des élus. Nous avions donc plusieurs écoles pour faire passe le temps

  • L’école iPhone, de loin la plus répandue. Il s’agit de regarder tranquillement son iPhone, en rigolant, puis de montrer le truc rigolo à son voisin.
  • L’école fond de classe dissipé. Dans toutes les classes du monde, vous avez au fond 2 élèves qui discutent tranquillement pendant que la maitresse parle. Ben au conseil communautaire, c’est pareil ! Plusieurs groupes de deux avaient choisi cette option pendant les débats.
  • L’école Stoïque. Cette école est dédiée à Jacques Kossowski qui n’a rien dit des débats et a semblé s’ennuyer au delà de toute mesure. Mais avec un grand sérieux et un remarquable stoïcisme. Faisait-il sa liste de courses dans sa tête ? Nous n’en saurons rien tant son visage est resté impénétrable. C’est là que les années d’expérience font la différence.
  • L’école pouffe de rire derrière feuille blanche. Celle-ci est dédiée à Eric Césari et Joëlle Ceccaldi-Raynaud. Le principe est simple : vous prenez un dossier ou une feuille blanche et vous la placez devant votre tête. Votre voisine fait pareil. Et alors, il est possible de se raconter des blagues et de pouffer de rire sans que ça se voie ou presque ! En image, ça donne ça :
6/ Conclusion
Au final, cela donne un conseil communautaire plus calme, avec beaucoup de sujets consensuels. Difficile en effet d’être contre les propositions faites. Les idées sont d’ailleurs plutôt positives et intéressantes. Attendons maintenant de voir la mise en pratique de ces bonnes intentions.
Remarquons enfin pour conclure que le sujet pourtant important de la future grande inter-communalité ne fut pas abordé cette fois-ci. Avec quelles villes allons-nous nous associer ? Le débat ne fut pas abordé cette fois-ci…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *