Bonne année 2015 ! On repart pour un tour ?

Un 28 janvier, la coutume veut qu’il ne soit pas trop tard pour souhaiter ses voeux, même s’il s’agit du rattrapage pour les mauvais élèves du fond de la classe. C’est donc parti pour mes voeux, occasion de revenir en quelques mots sur ce blog et son avenir.

Notons déjà le premier effet positif de ce blog : quelques 150 heures passées à écrire des articles m’auront valu de recevoir une image ! Une carte de voeux de Courbevoie à la maison, en vrai papier avec un gentil message dedans. C’est à l’ancienne, presque collector, mais ça fait toujours plaisir. Surtout je n’en avais pas l’année dernière. Alors qui sait ? Encore quelques centaines d’heures d’écriture l’année prochaine et j’en recevrai peut-être deux ?

Bref me direz-vous avec raison, là n’est pas l’essentiel : je souhaite donc aux lecteurs de ce blog une bonne et heureuse année 2015, avec la santé comme dit ma grand-mère, les sous comme dit mon père et des trucs rigolos comme disent mes enfants. Et j’ajouterais même que je souhaite que les lecteurs de ce blog aient une meilleure année que ceux qui ne le lisent pas, juste comme ça, gratuitement, pour qu’ils continuent à me lire !

Bon, cela étant dit, j’avoue volontiers ne pas être très fan du rituel convenu de bonne année, et notamment de ces dix premiers jours de janvier où nous sommes obligés de remplacer à chaque personne rencontrée le traditionnel ‘Bonjour ça va’ par un ‘Bonjour ça va, bonne année, meilleurs voeux, et surtout la santé hein !’ Un peu lourd quand on croise 20 personne en 10mn sur le chemin de l’école…

De plus, si comme moi vous vous sentez vieillir un peu plus à chaque nouvelle année, imaginez l’effet que ça fait quand vous êtes un blog appelé « Courbevoie 2014 »! Dans ces conditions, prendre une année de plus et fêter l’année 2015 relève un peu du suicide blogiste. Un peu comme si le bug de l’an 2000 s’était réjoui du passage en 2001 ! Comment survivre après ça ?

Ce blog est né à l’occasion des élections municipales de Courbevoie avec l’envie d’en parler, de les suivre, les raconter en s’attachant à garder une distance critique avec l’ensemble des propositions faites et se focalisant avant tout sur les idées et en évitant autant que possible tout parti pris. En le commençant, je ne connaissais rien de plus à la vie politique locale qu’un citoyen lambda. Et puis les élections sont passées. Le blog devait s’arrêter, mais après avoir suivi la campagne, l’envie me titillait de savoir comment allaient se comporter nos élus face à la réalité. Les promesses seront-elles tenues ? Quelle est leur action au delà des élections ? Et me voilà donc assistant en 2014 à quelques 25 heures cumulées de conseils municipaux en tout genre pour en relater ici les faits. Enfin, en tant que citoyen intéressé, me voici aussi intégré au conseil de quartier coeur de ville dont les réunions ne font que commencer.

En commençant, je ne connaissais aucune personnalité politique de la ville. Ca n’est plus le cas maintenant, où cette année 2014 m’aura amené beaucoup de découvertes de personnalités engagées pour leur ville et de rencontres enrichissantes (j’ai même gagné une clé USB Courbevoie !). Et surtout le plaisir de voir des personnes sincèrement engagées pour leur ville.

Enfin, observer d’un peu plus près les jeux politiques d’une ville moyenne comme Courbevoie en apprend pas mal sur la démocratie et le fonctionnement politique français. Deux observations parmi d’autres :

  • La politique doit-elle être un métier ? Par sa taille, on trouve parmi les élus de Courbevoie quelques politiques de carrière, et beaucoup de citoyens ayant un ‘vrai’ métier et s’engageant pour leur ville. Force est de constater que les discussions portées par les ‘purs’ politiques m’ont souvent semblé relever plus la polémique que du débat. A l’inverse, les débats portés par les moins ‘politiques’ des élus se sont souvent relevés plus pragmatiques et constructifs.
  • Quel rôle pour l’opposition ? Drôle de mission que celle confiée à l’opposition dans la démocratie française. Sans elle, il n’y aurait aucun débat. Mais après, faut-il réaliser un travail constructif et intelligent avec la majorité en place ? Ce serait le sens de l’intérêt général. Sauf qu’à aider la majorité dans son travail, l’opposition prendrait le risque que les électeurs en soient satisfaits ! Faut-il alors tout faire pour que la majorité se plante ? Ainsi, les chances aux prochaines élections seront meilleures, mais au détriment de l’intérêt collectif. Pas facile de concilier l’intérêt électoral et l’intérêt général…
J’avais promis de me limiter à quelques mots, je m’arrête donc là sur cette rétrospective 2014 (décidément, je ne sais pas faire court, je ne suis définitivement pas un journaliste !)
Pour 2015, les sujets continuent : élection départementale en mars et évolution de la communauté d’agglomération Seine Défense d’ici le 1er janvier 2016 rythmeront notamment cette nouvelle année. En parallèle, la ville évolue et plusieurs propositions faites durant la campagne pourraient avancer cette année. Autant de sujets à suivre sur le blog.
Pour commenter tout cela, ne reste donc plus qu’à trouver quelques 40 heures pour assister aux conseils municipaux et communautaires de l’années, quelques 200 heures pour écrire les articles, et surtout un nouveau nom plus adapté pour ce blog. A suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *