Stop au gâchis alimentaire – Retour sur une initiative from Courbevoie

Le 5 décembre 2014, Arash Derambarsh, élu DVD d’opposition à Courbevoie lançait une initiative locale pour distribuer de la nourriture aux plus démunis de la ville. Après 2 mois et une belle médiatisation, cette action locale originale devient un projet de loi national. Retour sur cette initiative d’un élu de Courbevoie.

Historique

L’histoire commence donc vers le 5 décembre 2014 par un appel au bénévolat de l’association Courbevoie 3.0, qui est un peu l’amicale des copains d’Arash Derambarsh. L’association annonce un projet de distribution de nourriture aux plus démunis tous les soirs, du 15 décembre au 31 janvier. Le magasin partenaire devait initialement être le Monoprix de Courbevoie.

Au final cependant, Monoprix refusera de participer à l’opération, l’élu soupçonnant une pression de la Mairie. Il recevra un démenti sec du Maire de Courbevoie (supprimé depuis du site de la ville).

Qu’à cela ne tienne, Arash obtiendra donc le concours d’une autre enseigne alimentaire, le Carrefour du centre Charras. Il peut alors relancer son appel le 18 décembre 2014 et la distribution aux sans-abris peut commencer 3 jours par semaine. Avant de lancer son initiative, l’élu revendique même avoir proposé une action commune à d’autres élus de Courbevoie.

Commence alors une distribution de nourriture 3 soirs par semaine. Accompagné de bénévoles, Arash récupère les denrées sur le point d’être jetées et les distribue aux plus démunis. Pour ne pas voir leur responsabilité engagée en cas de problèmes, les supermarchés préfèrent détruire la nourriture que de la distribuer. L’astuce d’Arash pour contourner le problème ? Distribuer le soir même les produits qui devaient être jeté. En étant consommés le même jour, cela lui permet de contourner la loi qui interdit de vendre des produits après leur date de péremption. D’autant plus que même après les dates de péremption, les produits restent encore bons à la consommation. Réunir des produits devant être jetés et des personnes dans le besoin semble donc une action de bon sens.
Fin communiquant, l’action d’Arash recueille rapidement de nombreuses retombées médiatiques, permettant à l’élu de roder son discours.
Les tristes évènements de début janvier mettront entre parenthèse la communication autour de l’initiative.
Elle repart cependant le 19 janvier à l’occasion du lancement d’une pétition co-signée par Arash Derambarsh et Mathieu Kassovitz intitulée ‘Stop au gâchis alimentaire en France’. L’objectif de la pétition ? « voter une loi imposant aux supermarchés de donner, soir après soir, tous leurs invendus à l’association de leur choix »
Bénéficiant de bons relais dans les médias et d’un accueil positif de plusieurs députés, la pétition recueille en une dizaine de jours plus de 120 000 signatures. Le discours médiatique de l’élu de Courbevoie est maintenant bien rodé. A tel point que tous les journaux couvrant l’évènement racontent strictement la même chose, reprenant au mot près le ‘story telling‘ de l’élu. La petite histoire d’Arash ayant faim quand il était jeune est donc systématiquement reprise. Cela lui aurait donné envie, maintenant qu’il est élu, d’aider les classes moyennes qui ont du mal après le 10 du mois etc… Et Arash de jurer la main sur le coeur que cela n’a rien à voir avec son ambition électorale car les élections à Courbevoie n’auront lieu qu’en 2020. Ce qui ne l’empêche pas d’expliquer qu’obtenir le soutien des commerçants était plus facile pour lui car ils savent qu’il pourrait être maire un jour et qu’il leur renverrait l’ascenseur…
Cette action pourrait maintenant se conclure par une loi telle que demandée par Arash. Bel épilogue au bénéfice des plus démunis ? 
Alors, que penser de cette action ? 
Côté pile, l’action d’Arash et surtout sa remarquable capacité à la médiatiser ont clairement permis d’attirer les projecteurs de la presse sur ce sujet qui le mérite. Si une loi permet de réaliser des progrès à la fois sur le gâchis alimentaire et sur les personnes en difficulté, on ne pourra qu’applaudir des deux mains. Comme il le dit, l’élu aura réussi à mobiliser massivement en partant d’une initiative locale. 
Côté face, il y a un côté un peu curieux à voir qu’un élu qui distribue de la nourriture pendant un mois arrive à créer un tel effet médiatique. D’autres associations s’engagent depuis plusieurs années sur ce sujet, sans avoir obtenu un tel retentissement médiatique. Ce qui en dit long sur la presse pour qui la petite histoire racontée autour d’une initiative pèse au final autant sinon plus que l’initiative elle-même…
L’élu a beau s’en défendre avec la dernière énergie, la visée électorale est reste probable. En effet, Arash Derambarsh ne cache pas son ambition de devenir un jour Maire de Courbevoie. Par les retentissements de cette action, il construit son image d’élu de terrain dans la ville. Reste que quitte à avoir des visées électorales, autant se faire connaitre par une initiative comme celle-là.
Enfin, les retombées médiatiques et l’action politique associée ne peuvent que laisser songeur sur le fonctionnement de nos institutions. En effet, pour sympathique qu’elle soit, l’action d’Arash n’a qu’un mois d’ancienneté. C’est un peu court pour juger de son intérêt à long terme et de son adéquation avec les besoins de la population. C’est une chose de distribuer de la nourriture aux SDF pendant quelques semaines sous le regard des caméras, c’en sera une autre que de tenir cette action dans le temps et partout en France. L’opposition de certaines associations d’aide aux sans abris au projet d’Arash pose aussi question. On pourra lire à ce sujet la réponse au projet de l’association discosoupe qui lutte depuis longtemps sur cette thématique.
Les intentions sont bonnes, le projet valable sur le papier. Mais au-delà du coup de gueule, les solutions proposées sont-elles donc les bonnes ? La loi qui découlera de l’emballement médiatique apportera-t-elle de vraies solutions à long terme ? Souhaitons-le pour que l’action d’Arash ne soit pas qu’un feu de paille.
Cela n’en reste pas moins une belle initiative partie de Courbevoie, à suivre…
 
 
 

4 pensées sur “Stop au gâchis alimentaire – Retour sur une initiative from Courbevoie

  • 3 février 2015 à 8 h 52 min
    Lien Permanent

    Pour une fois qu’un élu se met sous les projecteurs pour faire un acte gratuit , ça fait du bien! . En général ils organisent des coups médiatiques à l’approche d’élections. Lui ne se présente pas aux départementales.

    Répondre
  • 4 février 2015 à 22 h 19 min
    Lien Permanent

    Effectivement, il ne s’agit pas d’une manoeuvre électorale à court terme. Cependant, l’ambition d’Arash se situe clairement au niveau de la mairie de Courbevoie, et il devra pour cela cultiver sa notoriété et son image dans la ville. Ce type d’initiative y contribue positivement je pense.

    Répondre
  • 7 février 2015 à 19 h 54 min
    Lien Permanent

    Vous évoquez dans cet article une « belle initiative partie de Courbevoie » mais comme vous le précisez plus haut, nombreuses associations œuvrent déjà en ce sens, le terme « initiative » ne semble donc pas être le plus approprié. Par ailleurs, vous parlez du projet de loi, avez-vous eu la curiosité de lire l’amendement de Frédéric Lefebvre ….. là non plus rien de neuf !
    Une fois de plus vous semblez survoler les choses …. dommage !

    Répondre
    • 7 février 2015 à 22 h 14 min
      Lien Permanent

      Bonjour,
      Concernant le terme ‘initiative’, je ne vois pas bien en quoi le fait que d’autres associations agissent déjà change quoi que ce soit au terme. Ca n’est certes pas une innovation, mais bien une initiative à mon sens. Obtenir un tel soutien médiatique est tout de même significatif.
      Concernant le projet de loi, je ne parlais en l’occurence pas de l’amendement de F Lefebvre qui a été retiré à ma connaissance, mais d’un projet de loi promis par le gouvernement. Y a-t-il quelque chose de neuf ? Sincèrement, je n’ai pas la prétention d’en juger n’étant certainement pas spécialiste du domaine. C’est pourquoi je m’attachais plus dans l’article à relater l’évènement médiatique et à poser les questions qu’il m’inspirait qu’à prétendre apporter des réponses. Désolé si cela ne vous parait qu’un survol mais en tout cas sur ce sujet, je ne prétendais pas à beaucoup plus.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *