Départementales 2015 – Analyse des résultats

Le 22 mars 2015 avaient lieu les élections départementales à Courbevoie 1 / Asnières et Courbevoie 2 / Puteaux. Arrivées largement en tête, les 2 listes de la majorité départementale UMP / UDI devraient logiquement l’emporter dimanche prochain. Quels enseignements tirer de ces résultats pour Courbevoie ? Analyse sur le blog…

images

Evolution des élections cantonales 

Pour ceux qui ont loupé l’épisode précédent, la ville de Courbevoie était auparavant découpée en Canton Nord et Canton Sud. Après redécoupage, le canton Nord récupère une moitié du quartier coeur de ville, et une partie d’Asnières. Le Canton Sud lui perd la partie coeur de ville et s’associe avec Puteaux. A un quartier près cependant, les anciens cantons restent proches. Nous pouvons donc comparer les résultats de l’ancien canton nord à ceux de la partie Courbevoie de Courbevoie 1, et ceux de l’ancien canton sud à ceux de la partie Courbevoie de Courbevoie 2. Cette analyse ne concerne donc que les résultats de la partie Courbevoie des élections. Les résultats complets sont disponibles ici.

A noter que les conseillers généraux étaient auparavant élus pour 6 ans, avec un renouvellement par moitié tous les 3 ans. Le canton Nord avait ainsi voté en 2008, et le canton Sud en 2011. Le renouvellement prévu en 2014 a été repoussé à 2015 pour ne pas interférer avec les municipales.

Canton Nord / Courbevoie 1 

En 2008, le canton Nord avait vu la victoire de Daniel Courtès (UMP) au 2e tour avec 63% des voix. Au 1er tour, il était opposé au PS, au PC, au FN et à une liste Divers Droite. En 2015, pas de liste divers droite, mais une liste EE-LV.

En termes de contexte général, 2008 était un an après l’élection de Nicolas Sarkozy à la présidence, et donc encore une année de réussite pour la droite. L’équilibre général gauche / droite était donc assez proche de celui de 2015.

Départementales 2008
UMP 48,91%
PS 29,79%
PC 3,07%
FN 5,31%
DVD 12,93%

 

Départementales 2015 (Courbevoie)
UMP 55,23%
PS 20,45%
EELV 6,43%
FG 4,24%
FN 13,65%

Quelles sont les évolutions ?

  • L’ensemble du bloc de gauche est globalement stable, même si les votes sont moins allés au PS et plus à EE-LV et le Front de Gauche (31,12% pour l’ensemble de la gauche en 2015 contre 32,86% en 2008).
  • Si la majorité municipale progresse (55% vs 48%), il n’y avait cette année pas de voix divers droite pour attirer une partie de l’électorat. Cette électorat de droite moins favorable à la majorité municipale semble donc s’être réparti pour une moitié vers la liste UMP / UDI, et pour une autre moitié vers le FN.
  • La nouveauté de ce scrutin est la progression significative du FN entre 2008 et 2015.

Au final donc, l’équilibre gauche / droite est resté stable entre 2008 et 2015. Par contre, la droite républicaine perd du terrain face au FN.

Le Pronostic : Au vu de ces éléments, osons un pronostic. Le 29 mars 2015, la liste UMP / UDI de Daniel Courtès et Marie-Pierre Limoge devrait l’emporter avec 65% des voix sur la partie Courbevoie.

Canton Sud / Courbevoie 2

Sur le Canton Sud, la dernière élection date de 2011 et avait vu la victoire sur le fil de Jean-André Lasserre (PS). A l’époque, 8 listes étaient en lice pour cette élection, dont deux divers droite. Le contexte national était alors fort différent, avec une abstention record (au delà de 65%) et une époque d’anti-sarkozysme très marquée.

Départementales 2011
UMP 32%
PS 29%
Front de Gauche 4%
FN 16%
Divers Droite 1 6%
Divers Droite 2 2%
EELV 11%
Autre 1%

 

Départementales 2015 (Courbevoie)
UMP 42%
PS 31%
FG 6%
FN 14%
DVD 8%

Quelles sont les évolutions ? 

  • Le bloc de gauche représentait 44% en 2011, contre 37% trois ans plus tard
  • Les listes divers droite restent stables à 8% entre les deux élections
  • Le FN aussi reste à un haut niveau, mais en légère régression (il se peut aussi que les électeurs FN aient déménagé sur l’autre canton)
  • La majorité municipale UMP / UDI progresse significativement de 10%

2011 était donc bien un ‘accident de parcours’ à Courbevoie : tout était aligné pour permettre au candidat socialiste de l’emporter sur le fil : les électeurs traditionnels de l’UMP ont boudé l’élection en restant chez eux, et l’équilibre des forces a bougé de 10% environ. En l’état actuel de la ville, cette élection correspond sans doute au minimum réalisable par l’UMP sur Courbevoie.

En 2015, retour à la ‘normale’ : les électeurs UMP / UDI sont revenus aux urnes avec une participation supérieure et un contexte national plus favorable.

Le Pronostic : au vu de ces éléments, je prévois une victoire dimanche 29 mars d’Aurélie Taquillain et Vincent Franchi avec 60% des voix sur la partie Courbevoie.

Evolution des votes de la ville

Pour conclure et mieux comprendre ces élections, observons 8 ans de votes locaux sur la ville de Courbevoie pour analyser le comportement de l’électeur Courbevoisien à travers 7 élections :

  • Les cantonales de 2008, de 2011 et de 2015 (en cumul des voix Courbevoie 1 et 2 pour cette dernière)
  • Les municipales de 2008 et 2014
  • Les régionales de 2010

Pour faciliter la compréhension des résultats, j’ai regroupé les différentes listes sous 5 étiquettes, j’espère qu’elles me pardonneront cette simplification utile à la compréhension des résultats.

2008 (cantonales) 2008 (municipales) 2010 (régionales) 2011 (cantonales) 2012 (législatives) 2014 (municipales) 2015 (cantonales)
Majorité Municipale 48,91% 54,95% 38% 32% 48,91% 55,95% 51%
Autre droite 12,93% 12,13% 9% 8% 4,43% 7,06% 2,52%
Total Droite 61,83% 67,08% 47,11% 39,98% 53,34% 63,01% 53,40%
Gauche 29,79% 28,30% 38% 40% 35,74% 26,21% 28,24%
Extrême gauche 3,07% 5% 4% 2,78% 3,41% 4,73%
Total Gauche 32,86% 28,30% 43,23% 43,61% 38,52% 29,62% 32,97%
FN 5% 5% 8% 16% 6% 7,37% 13,62%

En tenant compte de l’évolution des équilibres politiques du pays, que peut-on en conclure ?

  • La gauche à Courbevoie représente 1/3 des habitants (33%). En cas de contexte politique national fort, ou d’abstention marquée, elle peut progresser de 10% au détriment de l’UMP (visible sur les périodes 2010-2012)
  • La majorité municipale représente environ 50% des habitants. Mais lorsque c’est Jacques Kossowski qui se présente, il apporte sur son nom à lui 10% de voix en plus que sa majorité seule. C’est le cas aux deux municipales. C’est aussi le cas aux législatives puisque dans une période basse pour la droite, il maintient quand même 49% au premier tour.
  • Il existe à Courbevoie une population de droite plutôt hostile à la majorité municipale, et qui représente de l’ordre de 8% des électeurs.
  • Paradoxalement, le FN a été le plus fort lors des cantonales de 2011 et celles de 2015. En 2011, cela s’expliquait sans doute par une abstention particulièrement marquée, et des électeurs de droite désabusés par Nicolas Sarkozy. En 2015 en revanche,  il semble que les voix de droite hostiles à la mairie aient rejoint le FN.

Conclusion

Au final, les équilibres politiques à Courbevoie sont globalement stables, même si le contexte national influe comme partout. Les élections cantonales de 2015 marquent donc une continuité, dont l’évènement le plus marquant est la triste montée du Front National sur notre ville. Effet conjoncturel ou implantation plus forte dans la ville ? Enfin, cette analyse ne prend pas en compte la qualité des campagnes des candidats qui, je le crains, ne joue qu’à la marge dans les résultats finaux…

Une pensée sur “Départementales 2015 – Analyse des résultats

  • 17 août 2016 à 23 h 35 min
    Lien Permanent

    Le Centre Charras, on a parfois du mal à…le voir
    c’est peut-être mieux ?
    merci pour ce blog

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *