Comparaison des programmes des candidats aux municipales 2020 à Courbevoie

Les 15 et 22 mars 2020, les électeurs choisiront le (nouveau ?) maire de Courbevoie pour les 6 prochaines années. 4 candidats principaux se présentent devant les électeurs. Au moment de choisir, il est intéressant d’étudier les programmes. Que proposent-ils pour la ville ?

Jacques Kossowski (LR) : Même joueur joue encore

Jacques Kossowski brigue donc un 5e mandat auprès des électeurs. Le candidat, qui revendique une équipe renouvelée à 60%, fait des propositions marquées par la continuité. Que retenir de son programme ?

Le candidat articule ainsi son programme autour de 12 projets majeurs. Analyse

Coeur de ville

Réhabilitation du Gymnase Dallier et valorisation du centre culturel

Et pourtant, il s’agit de deux témoignages d’époque ! Le gymnase Dallier témoigne d’un temps que les moins de 100 ans ne peuvent pas connaitre ! Quant au centre culturel, il s’agit d’un témoignage remarquable que l’urbanisme communiste a réussi une percée, même dans une ville de droite comme Courbevoie. Bref, dans les deux cas, une rénovation s’impose probablement. Au delà de la rénovation du bâtiment, on aimerait aussi que les modalités d’inscription au centre culturel soient modernisées (vive les parents qui font la queue dès 5h du matin…)

Rénovation du collège Alfred de Vigny

Sujet qui dépend avant tout du département. Mais d’accord pourquoi pas.

Restructuration et valorisation de l’ensemble Charras

La revalorisation de Charras est aux municipales de Courbevoie ce que les francs-maçons sont au journal Le Point. On appelle ça un marronnier.

Le candidat Jacques Kossowski le promettait dans son programme de 2008. Ce que j’en disais en 2014 :

– « … avec la rénovation du centre Charras s’inscrit dans le cadre de la redynamisation du coeur de ville » : en ce qui concerne Charras, le projet a débuté : dans le centre commercial, les trois petits chevaux qui tournent en rond ont été remplacés par un très joli petit hélictoptère. A part ça… Des études ont été faites, mais pour le moment, aucun autre résultat tangible pour ce centre commercial. D’ailleurs, la proposition est reprise dans tous les programmes en 2014.

Le candidat Jacques Kossowski le promettait dans son programme de 2014. Le projet était dans les cartons depuis un moment. Sa stratégie : n’étant pas propriétaire du centre, le maire voulait libérer des espaces (parking et marché) pour faire de la place et rendre le centre plus attractif (car avec plus de surface) pour un promoteur intéressé. Le marché a donc été exfiltré vers la nouvelle halle. Les environs ont été embellis : Parc Freudenstadt, Place Herold, suppression de la station BP, rue de Bezons… La piscine dont la rénovation était proposée en 2014 devrait aussi être enfin réhabilitée.

Mais à l’intérieur, morne plaine... La stratégie du maire n’a pas fonctionné, les promoteurs se succédant au chevet de Charras sans qu’aucun ne voie d’intérêt à investir dans cet espace commercial moche, coincé entre les 4 temps à La Défense et So Ouest à Levallois. Le projet ne précise pas quelle sera la vision du maire pour Charras. Que faire de cet espace ? Par qui ? Avec quel financement ?

Bécon

Réaménagement du parc de Bécon

On continue donc dans le recyclage des propositions non aboutie de 2014. Cependant, le projet est déjà engagé par la ville. Il s’agit de l’exemple type de la continuité, puisqu’il s’agit « juste » de poursuivre la réalisation de ce projet.

Rénovation et embellissement du secteur Villebois Mareuil

Situé à Bécon, proche du collège, le secteur Villebois Mareuil gagnerait en effet à être embelli et modernisé. Mais le projet ne dit pas grand chose, dur donc de juger s’il s’agira d’un simple coup de peinture, ou d’une réhabilitation ambitieuse.

Réhabilitation de l’école Mermoz et maintien de l’école Daudet

Drôle de proposition… Maintenir une école, qui concerne peu d’habitants, est-ce vraiment un des 12 projets prioritaires pour la ville ? Quant à la réhabilitation de Mermoz, elle est sans doute nécessaire, mais n’est-ce pas une mission « normale » de la mairie ? Bref, proposition sympathique pour les personnes concernées, mais à la portée limitée.

Gambetta

Réaménagement du Parc Freudenstadt

Comme pour le parc de Bécon, il s’agit d’un projet déjà engagé, ainsi que la rénovation de l’avenue Gambetta. Les travaux sont bien avancés. Pas de grande révélation.

Embellissement de l’allée Mozart et requalification du quartier Louis Blanc

Ce secteur, près de la seine en bordure de La Défense, s’est tristement illustré récemment par des graves problèmes de sécurité. Cette proposition est faiblement détaillée, mais pourrait représenter un projet majeur pour ce secteur en utilisant l’urbanisme pour améliorer la vie quotidienne des habitants de ce secteur.

Faubourg de l’Arche

Création d’une seconde piscine

L’état de délabrement de la piscine de Charras (sans compter le côté peu accueillant du club...) et le fait de n’avoir qu’une piscine pour 80 000 habitants était une critique récurrente de l’opposition. Le maire l’a-t-il entendue ? En tout cas, il propose la construction d’une nouvelle piscine dans le quartier Faubourg de l’Arche, près de La Garenne Colombes, afin d’offrir un lieu d’activité dans ce quartier enclavé. Dans le programme de Jacques Kossowski, c’est sans doute le projet le plus marquant et important qui ait été proposé. Une vraie proposition importante pour les riverains.

Création d’un espace vert de 4000m2

Le Faubourg de l’Arche est un des secteurs urbains les plus denses de Courbevoie. Dans la continuité de la piscine, le candidat propose de créer un espace vert de 4000m2, proche de la U Arena, qui permettra d’offrir des espaces de respiration bienvenus dans ce quartier. A nouveau, une proposition de nature à améliorer la qualité de vie dans ce quartier.

Soutien au développement des commerces de proximité

De nouveau, il s’agit d’une proposition qui était déjà dans le programme de 2014. Et des progrès ont été réalisés dans ce quartier qui manque cruellement de commerces. Proposition dans la continuité donc.

Bilan : mon avis à moi

Le projet de Jacques Kossowski ne prend pas grand risque : la majorité des projets proposés sont dans la continuité, voire sont déjà engagés. Le maire défend son bilan de sortant, et propose de continuer dans la même dynamique.

Avantage : les propositions sont crédibles, et seront probablement réalisées (bon sur Charras, je ne m’avance pas…).

Inconvénient : on peine à distinguer une vraie vision de la ville de demain. On (je ?) pourra regretter l’absence de l’écologie dans les projets majeurs. Quelle vision pour les déplacements de demain ? Comment faire face aux enjeux de société majeurs auxquels la ville doit faire face ? Le maire sortant peut se flatter de sa politique des petits pas, avec beaucoup d’espaces verts, le progrès du bio dans les cantines, des efforts réels en matière d’écologie. Mais aucun des 12 projets majeurs ne propose d’aller plus loin.

Aurélie Taquillain (LREM (ex LR)) : Demain, on rase gratis

Aurélie Taquillain a passé sa vie politique en tant que militante active de LR dans les Hauts-de-Seine, notamment auprès de Patrick Balkany et de Jacques Kossowski qui lui donnera une place d’adjointe au maire en charge des association et de la petite enfance. Comme elle l’explique dans l’édito de son programme, constatant que le maire n’était pas disposé à lui laisser la place, elle choisit en 2019 de rejoindre En Marche qui l’investira candidate quelques jours plus tard.

Son programme est riche de nombreuses propositions, ce qui rappelle le travail du candidat PS de 2014 Jean-André Lasserre et ses 100 propositions (la comparaison s’arrête là, tant la candidate s’est toujours opposée de manière frontale aux socialistes, notamment lors des élections départementales)

Par souci de lisibilité pour les lecteurs, je m’en tiendrai ici aux propositions majeures.

Faire de Courbevoie une ville vivante, sans hausse de la fiscalité

Projet Charras – créer un centre ville ouvert et animé

Dès le début de son programme, la candidate envoie du rêve avec des visuels d’un futur Charras à mi-chemin entre les 4 temps et Aqualand. La mention « images non contractuelles » vient néanmoins calmer l’enthousiasme.

Pour Charras, la candidate propose de rénover la piscine, avec des toboggans et une rivière à contre-courant, d’avoir des espaces culturels comme un cinéma, un mur d’escalade, une médiathèque. Et le tout sans dépenses de la ville, l’ensemble étant généreusement financé par le privé.

La candidate cite pour modèle la rénovation du centre Beaugrenelle à Paris 15e. A titre de comparaison, cette rénovation a couté la modique somme de 450 millions d’euros (à comparer aux 280 millions d’euros du budget de la ville de Courbevoie…)

Si la candidate a le mérite de proposer quelque chose, on peine à croire à la faisabilité d’un tel projet, sans financement majeur de la ville. Il suffirait donc d’en avoir la volonté pour que les promoteurs privés se bousculent pour rénover à grand frais un centre moribond ? Seulement quelques années seraient nécessaires pour un projet de cette complexité (la livraison finale étant annoncée en 2026) ?

Plan de relance : accompagnons le commerce et l’artisanat

La ville de Courbevoie manque de dynamisme commercial, c’est un problème connu. L’adjoint au maire en charge du commerce, et donc partiellement responsable du bilan de la mairie à ce sujet, a d’ailleurs rejoint Aurélie Taquillain sur sa liste. L’intention est clairement louable, mais on peine à distinguer ce qui change. La candidate propose ainsi de préempter les commerces à vendre, ce qui est déjà quelque chose d’existant au niveau du PLU de la ville..

Création de la Station C, campus à startup sur le modèle de Station F

Aïe, ça devient vraiment compliqué là. Pour rappel, qu’est-ce que Station F ? Il s’agit du plus grand campus de start-up du monde, situé dans le 13e arrondissement. Il accueille 1013 start-ups, sur un site de 34 000m2 faisant 310m de long (la longueur de la Tour Eiffel). Son fondateur, Xavier Niel, a investi 250 millions d’euros dans le projet (l’équivalent du budget annuel de la ville de Courbevoie). Ce projet est soutenu par de nombreux partenaires institutionnels, financiers, par de grandes entreprises comme Google, Facebook, LVMH…

Station C, tel que proposé par la candidate, consiste à installer dans le centre événementiel des espaces de coworking et des compétences humaines. A titre de comparaison, la totalité des espaces du centre évènementiel représente 2500m2 ! Et il semble peu probable que les salles de spectacles soient transformées…

S’il est sympathique et bien intentionné de libérer quelques m2 du centre évènementiel pour des start-up, comparer ce projet à station F est très largement abusif, voire mensonger. Ce projet, s’il se réalise, sera aussi proche de station F que le manège du Parc Freudenstadt ne l’est de Disneyland…

Vivre dans une ville plus verte, sans hausse de la fiscalité

Un grand parc sur nos berges de Seine, co-financé par le département

Il s’agit de l’une des premières propositions de campagne de la candidate. Prolonger les berges de seine jusqu’au Parc de Bécon. En effet, les berges rénovées lors de la précédente mandature s’arrêtent au niveau du pont de Courbevoie. Aller plus loin, jusqu’à Asnières, serait en effet fort souhaitable.

Pour autant, il s’agit d’un projet de la responsabilité du département… et déjà engagé, ce que la candidate, par ailleurs conseillère départementale, doit probablement savoir.

Par rapport au projet déjà prévu par le département, la candidate souhaite améliorer le projet en ajoutant une passerelle au niveau du parc de Bécon, et en ajoutant des restaurants-péniche le long des berges, comme le montrent les visuels de son programme. Le souci est que les bâtiments de France s’opposent à la passerelle, et les Voies Navigables de France s’opposent aux péniches. La volonté de la candidate suffira-t-elle à leur faire changer d’avis ?

Plus étonnant, la candidate propose des allées arborées, piétonnes et cyclables le long de la RD7. On en rêve ! Mais la RD7 étant, comme son nom l’indique, départementale, le département sera-t-il d’accord pour réaliser sa proposition ?

Vivre dans une ville plus verte

La candidate propose de planter 2500 arbres, de sanctuariser les espaces verts existants et végétaliser les toits de la ville. Belle initiative que l’on ne peut qu’encourager

Respirer mieux

Dans ce thème, la candidate propose de diviser par deux la consommation des bâtiments municipaux. On le rappelle, sans hausse de la fiscalité. L’objectif est très ambitieux et très souhaitable. Le fait de chiffrer la baisse (diviser par deux) signifie derrière des investissements très significatifs si cela s’applique à tous les bâtiments municipaux pendant les 6 ans de la mandature. Quel est le coût d’une telle proposition ? Est-elle réaliste dans le budget actuel ? On aimerait y croire.

Elle propose par ailleurs de piétonniser certains secteurs le week-end. Une très belle proposition à encourager, et qui en plus ne coûte pas grand chose à la ville tout en permettant de donner des espaces de vie aux habitants !

Enfin, on notera l’idée ambitieuse d’améliorer la qualité de l’air pour nos enfants, en végétalisant les cours d’école et en installant des purificateurs d’air. Si la végétalisation des cours d’école est souhaitée, et déjà partiellement engagée, les purificateurs d’air dans les écoles semblent bien utopiques. La purification de l’air de Courbevoie passe d’abord par la lutte contre la circulation automobile, principale source de pollution dans la ville…

Circulez mieux

Et sur ce thème, dans la rubrique écologie, la première proposition de la candidate pour la circulation est… de rendre gratuit le stationnement 1h pour les voitures ! Elle propose donc d’encourager la circulation des voitures dans la ville sur de courtes distances pour aller faire ses courses. Et ensuite, comme ces déplacements sont fortement polluants, on mettra des purificateurs d’air dans les classes de nos enfants !

Heureusement, d’autres propositions vont dans le bon sens, comme le développement des parcours cyclables et une ligne de bus électrique (normalement de la responsabilité du STIF et donc de la région ?)

Prendre soin de tous les Courbevoisiens, sans hausse de la fiscalité

Faciliter l’accès à un mode de garde

Aurélie Taquillain était pendant 6 ans maire adjointe à la petite enfance, et gérait ainsi l’attribution des places en crèche. L’opposition a longtemps critiqué le fait de ne pas pouvoir assister au processus de désignation. La candidate de son côté s’était notamment fait connaître dans la ville en appelant individuellement chaque famille à qui elle avait attribué une place en crèche.

Étonnamment, dans son programme, elle propose de « mettre fin au parcours du combattant pour faire garder son enfant« . Cela passe notamment par l’ajout de 100 places en crèches (Courbevoie en compte actuellement 2000), et par l’augmentation de l’aide municipale pour les familles faisant appel à une assistante maternelle (sans hausse de la fiscalité).

Il est en effet souhaitable d’augmenter les solutions de garde, même si les aides de la mairie ont comme effet collatéral d’augmenter les tarifs des assistantes maternelles locales. On peut aussi souhaiter une attribution plus transparente des places en crèche, même si rien n’est clairement indiqué dans le programme.

Réorganiser en profondeur le VAL

Le VAL est la structure qui accueille les enfants de la ville sur les temps post-scolaire. En 2015, le VAL a été secoué suite à une affaire de pédophilie concernant un animateur.

La candidate propose donc de réorganiser le VAL pour que ca n’arrive plus, en augmentant le budget du VAL et en sécurisant le recrutement. Dans les idées les plus exotiques sur le sujet, celle de proposer de financer le permis de conduire auprès des jeunes de la ville contre du temps d’animation VAL.

Au cours de la dernière mandature, le VAL a déjà subi des modifications. Il s’agissait auparavant d’une structure indépendante, qui a maintenant été intégrée à la ville.

Il est probable que tous les candidats à la mairie soient favorables à ce qu’il n’y ait plus de pédophiles au VAL. Les propositions de la candidate, dont une partie sont déjà en place, permettront-elles de l’empêcher ?

Vivre tranquillement, sans hausse de la fiscalité

Une police municipale plus forte et plus présente

Face au sentiment d’insécurité que subiraient les habitants de Courbevoie, la candidate proposer de passer de 63 à 80 policiers municipaux (sans augmentation d’impôt). Elle propose aussi un numéro d’appel joignable 24h/24 (n’est-ce pas déjà le cas ?) et de renforcer la présence des policiers sur le terrain.

Il est certain que la lutte contre les petites incivilités au quotidien est nécessaire dans la ville. Face à cela, la ville a notamment développé récemment les médiateurs qui apportent une solution complémentaire à la police municipale. Quelques policiers municipaux seront probablement utiles dans la ville. Les mettre plus sur le terrain pose question. S’ils n’y sont pas, que font-ils ? Sont-ils au bureau en train de faire une autre partie de leur travail (et alors qui le fera s’ils sont sur le terrain ?) ou sont-ils en train de taper la belote (et alors effectivement il est urgent de les remettre sur le terrain ?)

Il est aussi proposé à juste titre de créer une brigade de l’environnement face notamment aux dépôts sauvage d’encombrants. Toute la difficulté sur ce sujet, que rencontre déjà la police municipale, étant d’identifier les coupables.

Bilan : mon avis à moi

Le projet d’Aurélie Taquillain est complet et développé. Il y aurait encore de nombreuses propositions à discuter. Il est aussi bien présenté, et très ambitieux sur certains sujets.

Avantage : la candidate a fait de l’ambition sa marque de fabrique. Et de l’ambition, il y en a dans son programme. Avec certains projets que l’on aimerait voir se réaliser.

Inconvénient : à trop promettre, peut-on tout réaliser (sans hausse de la fiscalité) ? La candidate revendique de trouver des économies dans le fonctionnement actuel pour tout financer, ou de faire financer par d’autres. On peut y croire. Ou pas. Si la candidate est élue, quelles parties de son programme seront effectivement réalisées ? Quelles parties seront oubliées ? A chacun de se faire son opinion…

Alban Thomas (PS) : mon ennemi, c’est Kossowski

Alban Thomas, c’est le successeur de Jean-André Lasserre, l’ancien opposant en chef de Jacques Kossowski pendant de nombreuses années. Alban Thomas a pris la succession suite au départ de ce dernier vers des terres moins à droite, et conserve l’identité du groupe « Tous Pour Courbevoie ». Il propose pour cette élection de 2020 une liste fortement renouvelée par rapport à l’équipe de 2014, dont certains membres sont maintenant derrière la candidate EELV, et même certains derrière Aurélie Taquillain (!).

Dans son programme pour la ville, le candidat adhérent du PS (mais sans aucun logo PS nulle part ?) avance 20 propositions réunies dans 6 thématiques. Revue de détail.

Transparence de la gestion municipale

Transparence dans l’attribution des places en crèche, des logements sociaux et leur parking, des subventions

La 1ère proposition est une revendication forte, historique et légitime de l’opposition à Courbevoie : avoir accès aux commissions d’attribution des places, notamment en crèche et en HLM, pour éviter les soupçons de clientélisme. Dans le détail, la proposition avance même que les commissions soient ouvertes aux citoyens, ce qui est beaucoup plus discutable. Autant il semble nécessaire qu’il y ait une transparence auprès des élus pour éviter le clientélisme, autant ces sujets peuvent être complexes et les arbitrages difficiles. Je doute fort que faire participer tous les parents « candidats » à une place en crèche à la commission soit idéal pour les débats…

Conseils participatifs citoyens pour l’évaluation des services publics

Le candidat propose que des citoyens tirés au sort soient consultés pour évaluer les services publics et quelque part surveiller la municipalité. Si l’intention est louable, la réalisation semble assez peu réaliste. Déjà qu’un électeur sur deux ne va pas voter, alors trouver au hasard des personnes qui s’intéressent à la ville ? On peut douter que ce soit utile, ni souhaitable. N’est-ce pas le rôle des élections de valider ou sanctionner l’action de nos représentants politiques ?

Une ville plus agréable à vivre

Priorité aux piétons et PMR

Le candidat propose ici d’agrandir l’ensemble des trottoirs de la ville, de développer la piétonnisation des rues et des zones de rencontre ou encore de piétonniser la place de la gare. Projet ambitieux et courageux dans une ville qui évolue mais où les commerçants restent convaincus que leurs clients se déplacent en SUV pour acheter leur pain.

Courbevoie, ville amie des vélos

Ce n’est un secret pour personne : Courbevoie n’est pas une ville qui aime le vélo. La ville est classée F (le minimum étant G) au dernier baromètre des villes cyclables. On part de loin, avec une ville traversante, ou tout a toujours été organisé autour de la voiture. Sur la dernière mandature, de timides avancées ont été réalisées, notamment avec le passage en zone 30 et les doubles sens cyclables, mais il reste beaucoup à faire pour qu’un enfant de 10 ans puisse se déplacer seul en vélo en sécurité dans la ville. Le candidat propose de rendre la ville intégralement praticable à vélo, et prend des engagements forts pour favoriser ce type de mobilité.

Lutter contre la pollution sonore, visuelle et atmosphérique

Le candidat est le seul à traiter le sujet de la pollution sonore, pourtant fort problématique à Courbevoie, notamment du fait des scooters. Certaines propositions vont ainsi dans le bon sens, comme d’éteindre les enseignes la nuit, ou d’appliquer une règlementation contre le bruit. En revanche, l’idée de donner une prime aux possesseurs de scooters thermiques pour passer à un scooter électrique laisse songeur et semble contre productive.

Une offre éducative, sportive et culturelle de qualité

Une forte ambition éducative pour nos jeunes

Il est ici proposé de réorganiser l’offre du VAL, un peu comme dans le programme d’Aurélie Taquillain. Le candidat veut notamment mieux former les animateurs, ce qui est en effet un besoin réel. La question du comment n’est cependant pas abordée. Augmenter la qualité du VAL est une intention louable, mais il reste difficile de comprendre ce qui va concrètement changer pour rendre cela possible.

Le candidat s’engage par ailleurs à annuler le processus de vente du centre de vacances de la ville à St Guénolé, qui ne trouve de toute manière pas d’acheteur compte tenu de ses spécificités. Il n’est cependant pas précisé le coût de la rénovation du centre et son impact sur les finances de la ville.

Un meilleur accès au sport

Aqualand à Courbevoie, le retour ! Alban Thomas propose la création d’un centre aquatique intercommunal vers le Faubourg de l’Arche en partenariat avec La Garenne et Nanterre. Joli projet, donc la faisabilité est en revanche fort douteuse : de l’autre côté du Faubourg, le maire de La Garenne a déjà engagé un grand projet de rénovation du site de l’ancienne usine PSA, projet comportant déjà des équipements publics pour La Garenne. Il semble bien peu réaliste de penser que les 3 communes seront capables de s’entendre sur un tel projet…

Le candidat propose aussi de financer à hauteur de 30€ l’accès au sport pour chaque enfant de la ville. On peut s’interroger sur cette mesure qui touche tous les habitants, quelque soit leurs revenus. Surtout, la mairie subventionne déjà les associations sportives. Cela viendrait-il en remplacement ou en plus des subventions de la mairie ?

Une cohésion sociale réaffirmée

Des logements abordables pour tous

Tout un programme ! Pour cela, il est question d’avoir 30% de logements sociaux dans les programmes neufs. Ce qui est, il me semble, la loi qui est maintenant respectée à Courbevoie ?

Il est aussi fait mention d’une politique active pour identifier et débloquer les logements vacants. Or les logements vacants sont majoritairement des résidences secondaires. Le candidat veut-il réellement déposséder les propriétaires de résidences secondaires à Courbevoie ? Sinon, que signifie cette proposition ?

Étonnamment, le candidat ne propose pas le plafonnement des loyers comme c’est le cas à Paris.

Au final, on peine à croire que les mesures proposées permettent réellement de changer quelque chose au prix de l’immobilier. Mais est-ce seulement possible à l’échelle de la ville ?

Des espaces publics conviviaux et sécurisants

Afin de rendre la ville plus agréable, le candidat propose d’installer des bancs et des pissotières, mais aussi d’étendre les horaires de certains parcs et créer la fête de Courbevoie.

En effet, il est clair que les horaires des parcs à Courbevoie sont souvent trop restrictifs, notamment aux changements de saisons. Agrandir les horaires est une mesure de bon sens. Concernant les bancs, le sujet est plus complexe car cela favorise aussi les attroupements et trafics en tout genre, souvent problématiques pour le voisinage. Une bonne intention, mais dont les conséquences ne sont pas toujours celles attendues.

Il propose aussi la mise en place d’une équipe de médiateurs par quartier. Or les médiateurs existent déjà, quelle est donc la nouveauté de cette proposition ?

Charras, ton univers impitoyable

Focus sur Charras

Naturellement, Alban Thomas propose son projet pour Charras. Ou plutôt sa méthode. Car sa proposition consiste d’abord à défaire ce qui a été fait : annuler le déménagement du marché, puis faire un état des lieux, comprendre comment ça marche, faire une concertation et enfin trouver un projet. Lequel ? On ne le saura pas. Il est simplement question de sanctuariser les 3 arbres devant Charras, de rénover le centre, la piscine et la patinoire. Rénover comment ? Financé par qui ? Pour y faire quoi ?

Bilan : mon avis à moi

Le projet d’Alban Thomas a le mérite de la modestie : comme il le revendique, pas de projets pharaoniques mais avant tout une meilleure utilisation de l’existant.

Avantage : quand le candidat dit vouloir maintenir une fiscalité faible, il peut être crédible car son programme semble relativement économique. Il propose cependant un projet ambitieux dans le domaine de l’écologie et dans l’évolution des priorités de la ville.

Inconvénient : certaines propositions semblent être surtout des bonnes intentions, et on se demande à quoi ressemblerait la ville après la réalisation de ce projet. D’autres semblent avoir été proposées sans réelle intention de les mettre en application.

Ghizlaine Guessous (EELV) : Courbevoie-la-forêt

Ghizlaine Guessous est candidate à la mairie de Courbevoie pour le collectif « Alternatives Courbevoie » qui regroupe EELV, LFI, le PC, Génération-s…

Issue du groupe Tous pour Courbevoie lors des dernières élections municipales de 2014 et conseillère municipale de l’opposition, la candidate propose un programme tourné vers l’écologie. Revue de détail

Lutter contre le changement climatique

Création d’une maison de l’écologie

De manière assez naturelle pour une candidate EELV, Ghizlaine Guessous propose tout d’abord des mesures pour faire face au changement climatique à l’échelle de la ville.

Sa première proposition est donc de créer une « maison de l’écologie » pour informer et accompagner les citoyens sur les questions écologiques. Si l’idée est louable, il n’est pas évident que la création de cette maison ait un impact fort sur les comportements quotidiens. Mais pourquoi pas…

Développer la place de la nature à Courbevoie

Courbevoie est une ville très dense et très (trop) fortement minérale. Les grands projets du maire sortant ont souvent été critiqués en ce sens, même si la ville compense en ayant beaucoup de petits parcs et de squares.

La candidate reste assez vague sur sa proposition, qui est avant tout une démarche d’intention pour végétaliser davantage l’espace public, les rues, les cours d’école… Une démarche nécessaire qui aurait gagné à être précisée.

Objectif Neutralité Carbone

Pour y arriver, Ghizlaine Guessous souhaite avant tout modifier les modes de déplacement dans la ville, en augmentant la largeur des trottoirs et en développant un plan vélo. Des propositions qui semble proches de celles développées par Alban Thomas.

Répondre à l’urgence sociale et climatique

Réduire les inégalités sociales

Vaste programme ! Pour y arriver, la candidate propose la création d’un centre municipal de santé, et d’un pass loisirs-sports-culture (rayez la mention inutile) avec des critères de revenus.

Faire du logement une politique de justice sociale et environnementale

Pour cela, il est question d’avoir 30% de logements sociaux (à nouveau, il me semble que c’est déjà le cas ?), mais aussi d’appliquer l’encadrement des loyers. Ce qui fait une différence avec le programme d’Alban Thomas qui n’allait pas aussi loin dans le sujet logement. Enfin, il est question d’accompagner l’habitat participatif. Moi, je n’ai pas compris s’il s’agissait d’encourager les squats ou si c’était autre chose, une idée ?

Redynamiser la vie urbaine et citoyenne

Se réapproprier Charras

Et nous voilà de retour à Charras ! Mais avec une approche plus originale puisque la candidate veut faire de la dalle un lieu de vie et de biodiversité en augmentant la végétation et en aménageant un site d’agriculture urbaine. Bientôt des vaches sur le toit de Charras ? La dalle de Charras est effectivement un grand espace nu où il doit être possible de faire quelque chose. Problème : la majorité de cet espace appartient à la copropriété et pas à la ville. Comment mener ce type de projet dans ces conditions ? Uniquement sur le quart de la dalle appartenant à la ville ?

Pour le centre commercial à proprement parler, le projet reste vague, en apportant surtout les mots compte triple de la gauche alternative comme le repair café, l’épicerie solidaire…

Démocratie : redonner la parole au citoyens

Il est question alors de la « création d’une Agora ouverte à l’ensemble des citoyen.nes, associations, syndicats, partis politiques qui pourront y organiser des évènements. »

Ca s’appelle le centre évènementiel non ? Par ailleurs, la candidate propose de réinvestir le centre évènementiel avec studio de musique, salle de danse… Un projet intéressant sans doute plus en lien avec la structure du lieu que la Station C d’Aurélie Taquillain ?

Bilan : mon avis à moi

Le projet de Ghizlaine Guessous est le moins développé des 4 candidats. On y trouve des propositions cohérentes pour une candidate de la gauche écologiste, et quelques idées intéressantes.

Avantage : des propositions radicales, mais qui restent assez réalisables et crédibles à l’échelle de Courbevoie. La candidate a surtout l’avantage de mettre l’écologie au premier plan, ce qui est important pour en faire un sujet prioritaire au niveau municipal.

Inconvénient : beaucoup de sujets ne sont pas abordés dans le programme présent sur le site internet. La candidate semble s’être limitée aux sujets proches de l’univers de la gauche (écologie, projets alternatifs, logements sociaux) mais n’adresse pas tous les sujets sur lesquels un maire est amené à prendre position.

The End !

Vous êtes arrivés jusque là ? Bravo ! J’espère que cette analyse des programmes de nos principaux candidats vous aidera à mieux comprendre et juger leurs propositions pour la ville.

C’était long, je sais, pour moi aussi ! Mais il reste encore beaucoup de propositions dont je n’ai pas parlé, faute de temps, par choix ou par flemme.

En tout cas, les 15 et 22 mars, votez pour votre prochain maire !

Une pensée sur “Comparaison des programmes des candidats aux municipales 2020 à Courbevoie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *