Résultat et analyse du 1er tour des Municipales 2020 à Courbevoie

Le 15 mars avait lieu le 1er tour des élections municipales à Courbevoie, dans un contexte de crise sanitaire et peu avant le confinement général.

A l’heure où le 2e tour prévu le 28 juin approche, le moment est venu de faire l’analyse des résultats de ce 1er tour.

Au global, le résumé est simple : tout le monde a perdu…

Les résultats du 1er tour des municipales 2020 à Courbevoie

1/ Jacques Kossowski, maire sortant (LR) : 45%

2/ Aurélie Taquillain (LREM) : 32%

3/ Alban Thomas (PS) : 9%

4/ Ghizlaine Guessous (EELV) : 9%

5/ Floriane Deniau (FN) : 4%

La participation était seulement de 38%, contre 52% en 2014 lors de la dernière élection.

Vous pouvez consulter les résultats complet ici.

Le 2e tour verra s’affronter Jacques Kossowski contre son ancienne adjointe ancienne LR Aurélie Taquillain.

Les listes de gauche ayant fait + de 5%, elles aurait pu fusionner avec l’une des 2 listes qualifiées pour le second tour, mais aucune fusion n’a été réalisée, ni aucune consigne de vote donnée.

1/ Jacques Kossowski a perdu

Le maire sortant, Jacques Kossowski, est arrivé largement en tête et devrait gagner sans trop de difficulté au 2e tour.

Mais il y aura un 2e tour ! Ce que Jacques n’avais jamais connu au 21e siècle, puisqu’il avait gagné dès le premier tour en 2001, 2008 et 2014 (et avant, je ne sais pas en fait, mes archives ne remontent pas aussi loin !)

Alors que 22 maires des Hauts-de-Seine ont été réélus dès le 1er tour, Courbevoie fait partie des 14 villes où il va falloir repartir pour une campagne de 2e tour…

Les habitants ont donc moins donné confiance à leur maire qu’ils ne l’avaient fait par le passé…

2/ Aurélie Taquillain a perdu

Courbevoie était une ville qui était perçue comme gagnable pour LREM. Le parti y avait réalisé des scores redoutables depuis sa création en arrivant en tête à chaque élection :

  • 35% au premier tour pour Emmanuel Macron à la présidentielle,
  • 46% pour Christine Hennion au 1er tour des législatives en 2017,
  • et même 35% pour Nathalie Loiseau aux élections européennes il y a seulement 1 an.

Dans une terre très favorable à En Marche, le bon candidat aurait donc pu rassembler derrière lui une majorité de Courbevoisiens.

Pour réussir ce challenge, la commission d’investiture a choisi de faire confiance à Aurélie Taquillain, militante LR très engagée dans la ville et qui ne cachait pas ses ambitions de ravir la mairie. Pour réussir ce challenge, l’étiquette En Marche semblait le meilleur gage de réussite, et la candidate changea donc de parti pour obtenir l’investiture.

Pendant la campagne, c’est un défilé de ministres (j’ai perdu le compte !) qui se sont succédés dans la ville au chevet de la candidate pour soutenir sa campagne et gagner la mairie.

Au final, avec 32% d’électeurs et peu de réserves de voix, la candidate ne semble pas avoir réussi à convaincre les habitants.

En rassemblant 6300 votes, elle réalise beaucoup moins que Christine Hennion qui en totalisait plus de 11 000 aux élections législatives. C’est même moins que les 7000 voix (26%) obtenues par le candidat PS Jean-André Lasserre aux élections municipales de 2014…

3/ Alban Thomas a perdu

En 2014, Jean-André Lasserre était l’opposant en chef du maire. Il obtenait 26% et 7 élus au conseil municipal.

Ayant quitté la ville, Alban Thomas a pris le relai dans un contexte très peu favorable au PS, dans une ville qui en plus ne l’a jamais été. L’élection s’annonçait donc difficile pour la liste Tous Pour Courbevoie, en grande partie du fait des divisions dont la gauche est coutumière.

En réalisant 9%, le candidat réalise un score très honorable et bien supérieur aux 5% qui lui était promis dans le sondage de début de campagne.

Cependant, en ne passant pas la barre des 10%, impossible de se maintenir au 2e tour. Il n’y aura donc aucun élu du groupe Tous pour Courbevoie dans le prochain conseil municipal.

Finalement, de l’équipe qui avait été élue avec Jean-André Lasserre en 2014, il ne devrait rester au conseil municipal que Jean-Philippe Elie qui a su retourner sa veste in extremis en rejoignant au dernier moment la liste d’Aurélie Taquillain (dont il disait le plus grand mal jusqu’à quelques semaines avant…) en position éligible, même en cas de défaite…

4/ Ghizlaine Guessous a perdu

En 2019, Yannick Jadot obtenait à Courbevoie pour EELV une remarquable 2e place avec 15% des voix.

Pour l’élection municipales 2020, et contrairement à 2014, EELV et le PS sont donc partis divisés, essentiellement du fait de questions de leadership et de positions sur la liste.

Crédité par un sondage en début de campagne d’un score possible de 15%, la liste EELV aurait pu atteindre le 2e tour. Elle ne réalise cependant qu’un score de 9% décevant.

Contrairement à ce qui était testé dans le sondage de début de campagne, Ghizlaine Guessous a fait le choix de s’associer au Parti Communiste et à la France Insoumise.

Au gré des élections, les partis d’extrême gauche représentent généralement entre 3% et 6% des électeurs de la ville. En captant ceux-là, Ghizlaine Gussous a manifestement perdu une bonne parti des électeurs qui avait voté EELV aux élections européennes, et sans doute une parti de la gauche modérée.

EELV pensait devenir le pilier de la future opposition municipale gauche. Ils n’auront finalement aucun élu au conseil municipal.

5/ Floriane Deniau a perdu

La candidate FN ne présente pas d’intérêt particulier. En 2014, en réalisant 7% des voies, elle obtenait 2 sièges au conseil municipal.

En 2020, elle n’obtient que 4% des voies et n’aura donc aucun élu.

Un conseil municipal 100% à droite

Dans cette élection où tout le monde a perdu, la gauche a quand même mieux perdu : d’une élection à l’autre, les électeurs des partis de gauche représentent environ 30% de l’électorat de la ville. En en captant un peu moins de 20% répartis à part égales entre eux, le PS et EELV aboutissent à ce que les voies de ces électeurs ne soient plus représentées au conseil municipal.

Le conseil municipal sera donc de droite exclusivement. Dans le cas (probable) d’une victoire de Jacques Kossowski, son opposition sera donc Aurélie Taquillain, son ancienne adjointe LR, ainsi que quelques membres de son ancienne majorité. Il s’agira donc essentiellement de personnes qui étaient d’accord avec le maire pendant 6 ans, avant de changer d’avis au moment des élections. Quel sera leur positionnement si celui-ci est élu ?

Une bien curieuse élection donc, dont la démocratie locale ne sort pas grandie…

Une pensée sur “Résultat et analyse du 1er tour des Municipales 2020 à Courbevoie

  • 18 juin 2020 à 15 h 21 min
    Lien Permanent

    En tant que citoyen, j’aimerais bien connaître la raison pour laquelle LREM a choisi la candidate Aurélie Taquillain contre l’avis du comité local LREM en dépit de certains aspects – un peu dérangeants – de son parcours (Manif pour tous, Sens commun, système HLM Balkany…..etc) vs valeurs LREM….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *